Paroisse Colomiers

dimanche, 13ème Semaine du Temps Ordinaire, C

Cet évangile est plein de mouvement. Jésus est en marche, il est déterminé. Jusque là, il était resté essentiellement en Galilée où il prêchait, il parlait du Royaume des Cieux. Ce Royaume, les foules qui l’écoutaient le touchaient du doigt lorsqu’il guérissait les malades ou multipliait les pains. Maintenant, il se dirige vers Jérusalem et il sait que quelque chose de grave l’attend. Sa passion. Mais aussi sa résurrection, sa Pâques. Le passage de cette vie à la vie éternelle.

Jésus marche. Il ne marche pas seul, il a ses disciples. Il les prévient que si on se décide à le suivre, on fait un choix, on ne regarde pas en arrière. On fait le choix peut-être de l’inconfort parce que le Fils de l’Homme n’a pas de pierre pour reposer la tête, mais c’est le choix de la vie. La vie, elle n’est pas statique, elle est en mouvement. Le pape s’est adressé aux jeunes récemment, il leur a dit de ne pas préférer le canapé ! Le canapé, il peut servir à se reposer ou à passer des moments conviviaux, mais il n’est pas un but. Le but c’est d’être debout, d’être en chemin, d’être en marche à la suite de Jésus.

Jésus, il forme ses disciples, ceux qui le suivent. Il les forme à la fraternité. Il leur apprend comme il nous apprend que nous sommes tous frères et sœurs parce que nous nous avons tous le même Père au ciel. Il les forme, il nous forme à la bonté. Jésus fait du bien autour de lui, par ses paroles et ses gestes, et il nous apprend à faire du bien nous aussi. A donner et à pardonner. Il nous forme aussi à la mission, à être des ambassadeurs du Royaume des Cieux. Le Royaume des Cieux est assez mystérieux, c’est une belle surprise que nous réserve le Seigneur. Ce Royaume, Jésus en parle en prenant exemple sur la nature, sur la Création. C’est pour cela que la nature est à préserver, comme nous le rappelle l’ « Eglise verte ». Jésus prend exemple de la plus petite graine qui deviendra un grand arbre pour parler du Royaume. Ou du levain qui fait gonfler toute la pâte du pain. Si la Création est maîtrisée par l’homme, où sera la nouveauté, la surprise ? Ou sera la fécondité ? La petite graine devient un arbre plein de surprises comme un embryon devient un enfant, un homme ou une femme dont on ne peut imaginer comment il ou elle sera. Si on se met à fabriquer des êtres vivants avec des méthodes industrielles, si on se met à faire naître des enfants en choisissant exactement les gènes qui nous conviennent, où est la Création ? Où est le mystère et la place de Dieu ?

Cet évangile où Jésus nous dit à chacun ; « Suis-moi », il nous parle en ce début de vacances et d’été. Les scouts et guides qui allez partir en camp, ce n’est pas la peine de regarder en arrière. Vos téléphones et votre confort, vous les retrouverez. Vos parents, ce sont eux qui vous envoient parce qu’ils savent que vous allez grandir par ces expériences dans la nature et dans vos équipes. Les enfants qui avez fait votre première communion ou votre profession de foi, vous vous êtes engagés à suivre Jésus, à ne pas rester bien installés mais à être debout, prêts à vivre l’aventure de la foi, de la fraternité.

Nous tous nous sommes appelés, et St Paul nous dit que c’est notre liberté qui grandit lorsqu’on fait le choix de suivre Jésus.

La première lecture parle de deux prophètes, Elie et Elisée. Nous aussi nous sommes des prophètes pour parler au nom de Jésus. Notre monde a besoin d’entendre et de voir des témoins de l’amour de Dieu qui vivent le partage, la fraternité, la sobriété heureuse, la gratuité… Entendons Jésus qui nous dit à chacun : « Suis-moi ».

Père Jean-Christophe Cabanis

1 R 19, 16b.19-21 ; Ps 15 (16), 1.2a.5, 7-8, 9-10, 2b.11 ; Ga 5, 1.13-18 ; Lc 9, 51-62

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article