1Co 4,1-5 Serviteurs du Christ

Publié le par Paul C.

Lecture Priante de la 2ème lecture du 8ème dimanche ordinaire année A
Lectio Divina
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur :
comprendre ce texte, ce qu'il me dit, le prier, vivre dans sa grâce.
 

Première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens (4,1-5)

Frères, que l’on nous regarde comme des auxiliaires du Christ et des intendants des mystères de Dieu. Or, tout ce que l’on demande aux intendants, c’est d’être trouvés dignes de confiance.

Pour ma part, je me soucie fort peu d’être soumis à votre jugement, ou à celui d’une autorité humaine ; d’ailleurs, je ne me juge même pas moi-même. Ma conscience ne me reproche rien, mais ce n’est pas pour cela que je suis juste : celui qui me soumet au jugement, c’est le Seigneur.

Ainsi, ne portez pas de jugement prématuré, mais attendez la venue du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et il rendra manifestes les intentions des cœurs. Alors, la louange qui revient à chacun lui sera donnée par Dieu.

 

- Dimanche dernier, saint Paul disait aux chrétiens de Corinthe : Tout vous appartient, que ce soit Paul, Apollos, Pierre, le monde, la vie, la mort, le présent, l’avenir : tout est à vous, mais vous, vous êtes au Christ, et le Christ est à Dieu. "Tout", tout un monde de personnes et de réalités au service des Corinthiens, qui, eux, sont au Christ, qui, Lui, est à Dieu. Le 3ème dimanche A, il nous avait dit que des préférences et des clans opposés s'étaient formés et querellés autour de chacun de ces animateurs de la communauté. Aujourd'hui, il insiste à nouveau : tous nous sommes des auxiliaires du Christ et des intendants des mystères de Dieu. Pas de clans, mais la conscience d'être tous "serviteurs" et "dispensateurs" (selon d'autres traductions des mots auxiliaires et intendants). Tous dans le même bateau, les "animateurs" et les "animés", tous au service du Christ, pour donner, chacun selon sa situation et son rôle, accès au mystère d'amour de Dieu en Jésus-Christ. Etre jugé digne de confiance, dans cette mission, c'est ce qu'on attend de chacun dans sa mission, au-delà de toutes les préférences envers l'un ou l'autre.

- Paul, lui, n'attend aucun jugement de la part de ses fidèles ou de sa conscience qui ne lui reproche rien. Le mot jugement ou le verbe revient 4 fois, de la même famille que "juste" ou "justice". Celui qui le rend juste, qui l'ajuste correctement, c'est le Seigneur et pas quelqu'un d'autre. De l'orgueil ? Non, car un jugement a déjà été porté sur sa mission et sur sa personne par l'ensemble des apôtres à Jérusalem, lorsqu'il leur a soumis ce qu'il faisait dans le monde païen. Il a eu le feu vert de la part des responsables de l'Eglise. Il n'est pas un franc-tireur qui se donne une mission, il la reçoit de l'Eglise, après sa grande rencontre mystique et intérieure avec le Christ sur la route de Damas. D'ailleurs, il avait été pris en charge par un responsable de l'Eglise de Damas, Ananie. Le Christ Seigneur, Paul le rencontre en Eglise.

- Ne portez pas de jugement prématuré. Faites confiance au Seigneur. Attendez sa venue. Sa venue à la fin des temps, mais aussi sa venue en vous, sa lumière en nous. Faites un discernement dans votre jugement sur un tel ou un tel et abandonnez ce jugement au Seigneur en son Eglise, avec confiance. La louange donnée par Dieu ? D'après le terme grec, l'approbation par Dieu. Dans un autre contexte, Jésus dit dans l'évangile de ce jour : Cherchez d'abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît.

- Auxiliaire, serviteur, intendant, dispensateur... J'ai du grain à moudre pour ma réflexion et ma prière. Seigneur Jésus, tu es le Serviteur. Apprends-moi à laver humblement les pieds des autres avant de juger leur comportement, leurs idées, leur aura, ou je ne sais quoi.

Paul C.

 
soeurs-de-stgildas-nantes.cef.fr

Commenter cet article