Paroisse Colomiers

Veiller en tenant la lampe de la foi allumée...

On parle trois fois de Jésus dans les textes d’aujourd’hui, et à chaque fois c’est de façon différente et à la fin du texte. Dans la première lecture, Isaïe dit : « Venez, montons à la maison du Seigneur ». Le Seigneur, c’est Jésus, et sa maison, c’est une maison de paix, où on transforme les armes de guerre en outils pour cultiver la terre. C’est une maison pour la vie et non pas pour la mort. C’est une maison pour rassembler toutes les nations, tous les peuples, car nous sommes tous des enfants de Dieu. Le pape dit que notre maison, c’est la Terre. Et nous savons qu’elle est abîmée, qu’elle est malade. Jésus est venu pour habiter parmi nous, la même maison que nous, il est venu pour nous aider à l’entretenir, mais surtout à lui donner de la chaleur, de l’amour. Allons à la maison du Seigneur ! Faisons tout pour donner le meilleur de nous-mêmes pour notre planète et ses habitants, nos frères et sœurs.

            Dans la deuxième lecture, St Paul nous dit de revêtir le Christ. Le Christ n’est pas un manteau mais il nous habille le cœur. Il nous habille de la couleur blanche de notre baptême. Il nous purifie, il nous apprend à mieux aimer. Alors on peut se demander le matin : « N’ai-je pas oublié de revêtir le Christ ? » Cela peut être notre petite prière du matin : « Seigneur, enveloppe-moi de ton amour, aide-moi à aimer les autres comme tu m’aimes ». Cela nous évitera d’avoir des comportements de rivalité ou de jalousie que dénonce St Paul.

            Et puis dans l’évangile, Jésus finit en disant : « C’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’Homme viendra ». Jésus aimait bien parler de lui en disant qu’il est le Fils de l’Homme. Puisqu’il est né dans les mêmes conditions que nous, comme un enfant, il a grandi, il est devenu un homme… Il n’aimait pas dire qu’il est le Fils de Dieu, il préférait le laisser deviner. Aujourd’hui, il nous dit que le Fils de l’Homme va venir, qu’il faut se tenir prêt pour l’accueillir, qu’il faut veiller. Alors c’est vrai que nous commençons à préparer Noël, la venue de Jésus parmi nous. Nous nous préparons à l’accueillir dans nos cœurs parce qu’il veut naître en chacun de nous. Mais Jésus peut nous surprendre. Il peut nous visiter par exemple à travers les personnes que nous rencontrons. Il vient dans nos vies chaque fois que nous vivons quelque chose de l’ordre du partage, de la solidarité, de l’amour.

            C’est vrai que cet évangile fait un peu peur. Il parle du déluge qui a tout englouti du temps de Noé, mais qui pourrait se reproduire aujourd’hui. Il parle de voleurs qui percent le mur d’une maison. Jésus ne veut pas nous faire peur, mais il veut que nous soyons vigilants. Si nous ne faisons aucun effort, si nous ne faisons que nous intéresser à nous-mêmes et à notre consommation, alors notre vie ne sera pas très intéressante et notre monde ira de plus en plus mal. Jésus nous demande de veiller, de veiller les uns sur les autres, de veiller sur notre monde qui est malade, de veiller en tenant la lampe de la foi allumée. Parce que notre monde est malade de ne pas assez connaitre Dieu, de ne pas bien connaitre le sens de la vie. Jésus est venu pour nous donner du sens, pour nous éclairer. Soyons toujours prêts à l’accueillir dans notre cœur, il nous réserve de belles surprises !

J-Christophe Cabanis

Is 2, 1-5 ; Ps 121 (122), 1-2, 3-4ab, 4cd-5, 6-7, 8-9 ; Rm 13, 11-14a ; Mt 24, 37-44

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article