7e dimanche de Pâques - Homélie pour la messe de la première communion

Publié le par Père Jean-Christophe Cabanis

(album photos du dimanche 28 mai 2017)

La première lecture tirée des Actes des Apôtres (Act 1,12-14) se passe juste après l’Ascension. Jésus est monté au ciel mais les apôtres ne sont pas tristes car Jésus leur a promis d’être toujours avec eux, même de façon invisible. Aujourd’hui aussi, Jésus est bien présent même si on ne le voit pas. Les apôtres restent réunis avec Marie et d’autres femmes proches de Jésus. Ils ont besoin d’être ensemble, de prier, de partager. Ensuite ils se disperseront, après la Pentecôte, ils iront dans tous les pays, mais ils resteront toujours unis malgré les distances. C’est cela la communion, partager la même foi, être dans la même Eglise. Aujourd’hui dans le monde, il y a d’autres enfants qui font leur 1ère communion. Nous sommes en communion avec eux même si nous ne les connaissons pas. Nous sommes tous frères et sœurs, par Jésus-Christ. La première communion n’est pas la dernière : vous aussi les enfants, vous devrez continuer à vous réunir avec d’autres, à communier avec d’autres et à prier ensemble comme les apôtres, avec Marie qui nous aide à nous rapprocher de Jésus et de son amour.

La communion, elle élargit notre cœur. Notre cœur, c’est lui qui nous permet d’aimer, mais nous sommes un peu limités, nous n’arrivons pas toujours à bien aimer. Ce n’est pas toujours facile de bien aimer. Jésus nous apprend à pardonner, par exemple.

Jésus compte sur nous pour l’accueillir. C’est comme s’il frappait à la porte de notre cœur. On n’est pas obligé d’ouvrir. Mais vous, vous lui ouvrez votre cœur. Vous acceptez d’être un peu dérangés. Jésus nous demande de le suivre, de quitter peut-être nos écrans, notre téléphone, notre tranquillité. Jésus n’est pas venu apporter la tranquillité mais la paix, ce n’est pas pareil. La tranquillité, c’est un peu égoïste, alors que la paix elle se gagne, elle se partage, elle fait du bien à tout le monde. Le pape François, qui a toujours des expressions directes, s’est adressé à des jeunes et leur a dit de préférer Jésus à son canapé ! Le canapé, c’est la tranquillité. On en a parfois besoin, ce n’est pas interdit de se reposer, mais suivre Jésus demande un effort, qu’on ne regrette pas.

Et puis Jésus parle de quelque chose de très important dans l’évangile. L’évangile d’aujourd’hui (Jn 17,1-11a) est une longue prière qu’il adresse à son Père. Jésus est souvent en prière dans l’évangile, mais on ne sait pas quel est le contenu de sa prière, c’est assez mystérieux. Or aujourd’hui, on sait quel est le contenu de sa prière : c’est nous ! Il s’adresse à son Père pour nous garder toujours avec Lui, pour nous préserver du mal. Et il veut quelque chose de très grand pour nous : la vie éternelle ! C’est quelque chose qui nous dépasse. C’est être avec Dieu et avec ceux qu’on aime de façon infinie, même après la fin de la vie sur la terre. C’est un très beau cadeau que nous fait Jésus : Être avec Lui et son Père, avec l’Esprit-Saint pour toujours. Pour une vie sans souffrance, avec seulement de l’amour.

C’est cela la communion : être avec Dieu pour la vie éternelle, et vouloir partager cette grande joie.

Père Jean-Christophe Cabanis, image http://fichiers.joliecarte.com/images/cartes/fr/cartes-virtuelles/communion/premiere-communion.jpg

Publié dans Mots du curé, Dimanche

Commenter cet article