Paroisse Colomiers

Ph 1, 4-6.8-11 Vers le jour du Christ...

Lecture Priante de la 2ème lecture du 2ème dimanche de l'Avent (année C)

(Lectio Divina

Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur :

comprendre ce texte, ce qu'il me dit, le prier, vivre dans sa grâce.

Lettre Saint Paul apôtre aux Philippiens (1,4-6. 8-11)
Frères, à tout moment, chaque fois que je prie pour vous tous, c'est avec joie que je le fais, à cause de votre communion avec moi, dès le premier jour jusqu'à maintenant, pour l’annonce de l’Evangile. J’en suis persuadé celui qui a commencé en vous un si beau travail, le continuera jusqu'à son achèvement au jour où viendra le Christ Jésus. […] Oui, Dieu est témoin de ma vive affection pour vous tous dans la tendresse du Christ Jésus. Et, dans ma prière, je demande que votre amour vous fasse progresser de plus en plus dans la pleine connaissance et en toute clairvoyance pour discerner ce qui est important. Ainsi, serez-vous purs et irréprochables pour le jour du Christ, comblés du fruit de la justice qui s’obtient par Jésus-Christ pour la gloire et la louange de Dieu.

 

L'apôtre Paul exprime ses sentiments à l'égard des chrétiens de la ville de Philippes (nord de la Grèce) qu'il a évangélisés. Prière, joie et communion avec moi pour cette période féconde dès le premier jour jusqu’à maintenant, pour ce passé récent et pour ce présent, pour ce si beau travail, pour l'annonce de l'Evangile. Mais Paul voit bien au-delà de ce travail, il se projette jusqu'à son achèvement au jour où viendra le Christ Jésus. C'est un regard vers le futur de l'humanité, la grande "Venue", le grand "Avent" du Christ, quand tout sera accompli.

 

Le temps de l'Avent, ce temps appuyé sur ce Christ qui est venu, qui vient et qui viendra. Dimanche dernier, Paul affirmait son amour de plus en plus intense envers l'Eglise de Thessalonique. Aujourd'hui, il redit aux Philippiens sa vive affection… dans la tendresse du Christ Jésus ; d'après le texte grec, littéralement, dans les entrailles du Christ Jésus. Une tendre affection prend Paul "aux tripes du Christ". Ce n'est pas de la sentimentalité, mais c'est le fond même de la nature du Christ, l'être même du Christ et du Père, "mère et père". Les entrailles de Dieu, c'est sa miséricorde.

 

Paul va regarder vers le futur : un amour invité à progresser de plus en plus. En quoi ? En connaissance, en clairvoyance pour discerner ce qui est important. Que comprendre ? Ma vie, à quoi s'attache-t-elle, qu'est-ce qui est prioritaire pour moi ? Qu'est-ce qui est secondaire ? Qu'est-ce que je choisis ? Qu'est-ce que j'élimine ? Etc.

 

Tout cela pour me préparer au jour du Christ (la bible parle aussi du "Jour de Dieu"), à Noël, certes. Mais il y a un tas de jours du Christ, de jours de Dieu en ma vie. Une foule d'instants où Christ vient vers moi, sous des visites très diverses. En attendant le jour du Christ de ma rencontre finale avec lui. Jour où je serai pur et irréprochable, non pas par mon seul mérite mais par don de Jésus, par sa tendresse.

 

Un "Jour du Christ" en la fête de l'Immaculée Conception de la Vierge Marie : Marie choisie et préparée par le Seigneur pour l'Avent, la venue de Jésus. Elle attend son Jour du Christ, j'attends avec elle. La première lecture, le psaume et l'Evangile, annoncent la venue, l'Avent, le jour, d'un monde renouvelé pour Jérusalem, figure de l'Eglise et du monde sauvé.

Merci à l'auteur de cette image

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article