1P2, 4-9 Pierres vivantes

Publié le par Paul C.

Lecture Priante de la 2ème lecture du 5ème dimanche de Pâques année A
Lectio Divina
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur :
comprendre ce texte, ce qu'il me dit, le prier, vivre dans sa grâce
 
 
Première lettre de saint Pierre apôtre (2, 4-9)
 
Bien-aimés, approchez-vous du Seigneur Jésus : il est la pierre vivante rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu. Vous aussi, comme pierres vivantes, entrez dans la construction de la demeure spirituelle, pour devenir le sacerdoce saint et présenter des sacrifices spirituels, agréables à Dieu, par Jésus Christ. En effet, il y a ceci dans l’Écriture : Je vais poser en Sion une pierre angulaire, une pierre choisie, précieuse ; celui qui met en elle sa foi 
ne saurait connaître la honte. Ainsi donc, honneur à vous les croyants, mais, pour ceux qui refusent de croire, il est écrit : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle, une pierre d’achoppement, un rocher sur lequel on trébuche. Ils achoppent, ceux qui refusent d’obéir à la Parole, et c’est bien ce qui devait leur arriver. Mais vous, vous êtes une descendance choisie, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple destiné au salut, pour que vous annonciez les merveilles de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière.
 
 

- Un texte entrecoupé de plusieurs citations de l'Ancien Testament, sur lesquelles l'apôtre Pierre va s'appuyer. Trois personnes y sont comparées à des pierres vivantes : l'auteur de la lettre, Jésus, le chrétien. Dans la bible, un langage imagé utilisant le symbole de la pierre pour parler de Dieu ou de son peuple, ou du Messie qui viendra. Un langage dynamique, cette pierre n'est pas inerte mais elle est vivante. Le rocher frappé par Moïse dans le désert devient une source d'eau (Exode 17) : il a frappé le rocher : l'eau a jailli, elle coule à flots ! (Psaume 77,20).

 

- Jésus est la pierre de fondation, la pierre angulaire, la pierre indispensable qui soude les angles de la construction. La pierre dans laquelle s'ancre notre foi. Une pierre rejetée par les hommes... qu'ont rejetée les bâtisseurs... Le texte insiste sur ce rejet. Jésus rejeté par les responsables de son peuple qui n'ont pas été de bons "bâtisseurs". Jésus, incompris ou mal compris, mis en croix... Rocher qui questionne, sur lequel on trébuche, on achoppe, pierre que notre liberté rencontre inévitablement dans notre marche humaine et spirituelle, pierre à choisir, à accepter, à utiliser du mieux possible. Une autre image dans l'évangile du jour : Jésus chemin, Moi, je suis le chemin

 

- Simon est devenu Pierre, l'auteur de la lettre : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise (Mathieu 16,18). Pierre a la mission de par Jésus d'être roc-fondation de l'Eglise.

 

- Nous aussi sommes pierres vivantes, les pierres d'une demeure spirituelle, le Temple de l'Esprit, l'Eglise. Et dans ce Temple, nous sommes descendance choisie, sacerdoce royal, nation sainte, peuple destiné au salut. Pour que vous annonciez... Par ces mots, l'apôtre Pierre insiste, pour les membres de l'Eglise, sur une mission importante, annoncer... C'est la mission baptismale du chrétien, prêtre, prophète et roi : mission de la prière, mission de la parole et mission du service des autres. Peuple annonceur des merveilles de Dieu. Entrez dans la construction, écrit Pierre ; la maison Eglise n'est pas achevée. Comme la première communauté chrétienne du Livre des Actes des Apôtres en train de s'organiser face aux besoins qui se découvrent peu à peu (la 1ère lecture de ce jour), le service de la prière, le témoignage par la parole et le "service de la table" (l'engagement concret vers les autres).

 

- Que me dit le texte ? Sur quel point vais-je rebondir, me voir, me sentir appelé à réagir ? Que vais-je dire au Seigneur ? Des mots qui vont me venir, que je vais dire à l'Esprit, ou le silence en Dieu...

Paul C.

http://p3.storage.canalblog.com/39/79/647757/96567013.jpg

Publié dans Lecture priante

Commenter cet article