1er janvier 2017 - La non-violence : style d’une politique pour la paix

Publié le par Paroisse de Colomiers

Le message du pape François pour la 50e Journée mondiale de la Paix, le 1er janvier 2017 portera sur le thème: “La non-violence : style d’une politique pour la paix”.

Prenez le temps pour lire le commentaire écrit par Alain R. sur ce message de paix. Voici  quelques extraits :

Précisant sa pensée, François suggère à chacun de faire l’option de la non-violence : « Que ce soient la charité et la non-violence qui guident la manière dont nous nous traitons les uns les autres dans les relations interpersonnelles, dans les relations sociales et dans les relations internationales. […] Depuis le niveau local et quotidien jusqu’à celui de l’ordre mondial, puisse la non-violence devenir le style caractéristique de nos décisions, de nos relations, de nos actions, de la politique sous toutes ses formes ! » […]

Dans ce message du 1er janvier, le pape ne nous donne pas une définition précise de la non-violence telle qu’il la conçoit. L’expression « non-violence active » qu’il utilise à plusieurs reprises est à cet égard pas très heureuse. Cela pourrait sous-entendre qu’il existe une « non-violence passive », ce qui est contraire à toute l’histoire de la non-violence. En réalité, nous le verrons plus loin, c’est une façon pour le pape de considérer que la non-violence est aussi une forme d’action capable d’introduire des changements. De même, le pape n’évite pas certains écueils propres aux discours traditionnels de ses prédécesseurs sur « les armes de la vérité et de l’amour » qui, « seules », seraient susceptibles d’avoir une influence spécifique dans la conduite des conflits. Pourtant, ni la vérité, ni l’amour ne sont en elles-mêmes des forces qui agissent dans l’histoire. Seules les « armes » de la non-violence sont capables de transformer des situations d’injustice et de dénouer les conflits en créant de véritables rapports de force...

Merci Alain R. pour ce commentaire.

Paroisse de Colomiers.

 

Publié dans Lire pour vous

Commenter cet article