Paroisse Colomiers

C’est à nous d’aller inviter les blessés de la vie...

C’est l’humilité qui est mise en valeur dans ces textes. Humilité, cela a la même racine que humus, la terre, mais aussi que l’homme, l’humanité. L’humilité devrait être la caractéristique des humains. On sait que ce n’est pas le cas, c’est pour cela que l’homme est pécheur, que l’humanité est déchirée.

Jésus le Sauveur est venu rétablir l’humanité dans sa dignité. Pour cela, il est venu de la façon la plus humble. Il est né dans une crèche, il n’a pas choisi d’être du côté des puissants mais des plus humbles. Et Marie dit elle-même qu’elle est l’humble servante qui est heureuse d’avoir été choisie pour être la mère du Sauveur.

Une des premières paroles que Jésus dira en Galilée après son baptême, c’est le discours sur la montagne qui commence par : « Heureux les pauvres de cœur » ou bien « heureux les humbles ». L’humilié n’est pas l’humiliation qu’il faut combattre. L’humilité rend heureux. On est heureux lorsqu’on est détaché de ce qui nous enferme. On est surtout heureux lorsqu’on s’attache à l’humble roi du Royaume des Cieux. Souvenons-nous que Jésus, lorsqu’il a été acclamé comme roi lors de son entrée à Jérusalem, était monté sur un âne, animal qui symbolise aussi l’humilité.

Ben Sira le Sage parle bien de l’humilité. D’abord il fait le lien avec l’amour : « Accomplis toute chose dans l’humilité, et tu seras aimé plus qu’un bienfaiteur ». L’humble est aimé pour ce qu’il est, même s’il n’a rien à donner. Ensuite, l’humble reconnait la grandeur de Dieu, il est bien disposé à croire. Il se sent petit pour ne pas se passer de l’amour de Dieu. Enfin l’humble est sage et il sait écouter. Voilà une belle caractéristique de l’humilité, c’est l’écoute. Celui ou celle qui est humble ne s’écoute pas lui-même ou elle-même, mais est disposé(e) à écouter les autres.

St Paul parle aussi bien de l’humilité dans ses lettres. Il dit qu’il faut considérer l’autre comme plus grand que soi. Voir les qualités de l’autre avant ses défauts, c’est aussi une caractéristique des humbles.

La lettre aux Hébreux fait référence au Sinaï et à l’expérience spirituelle qu’a vécue le peuple de Dieu au désert. Il était guidé par Moïse qui avait beaucoup de qualités pour avoir été choisi comme libérateur de l’oppression des Egyptiens et comme guide de son peuple vers la Terre Promise. Mais la qualité principale qui lui a été reconnue, c’est son humilité. Il ne se croyait pas capable d’être à la hauteur de sa mission, mais il a accepté l’appel, humblement.

Dans l’évangile, Jésus est choqué par l’attitude des invités au repas chez le pharisien. Ils recherchent tous les meilleures places. Mais les meilleures places ne doivent pas être choisies, elles doivent être reçues. Et dans le plan de Dieu, ce sont les derniers qui sont les premiers. Jésus nous convie à un grand repas où ceux qui sont invités les premiers sont les plus pauvres et les plus humbles, les estropiés, les boiteux, les aveugles… L’eucharistie est un repas où nous sommes invités et nous sommes heureux d’être invités au repas du Seigneur. Et nous arrivons tous avec nos pauvretés, nos faiblesses, mais aussi nos qualités et nous formons un même Corps. Soyons vigilants en ce temps de rentrée à ce que notre communauté soit accueillante à tous, soit invitante. C’est à nous d’aller inviter les blessés de la vie pour les inviter.

Que notre communauté soit humble au sens de Ben Sira, c'est-à-dire à l’écoute les uns des autres. Que les responsabilités prises par chacun(e) soient vécues comme des services. Nous sommes des serviteurs inutiles comme il est dit dans un autre passage de l’évangile, mais nous avons tous du prix aux yeux du Seigneur. Que notre humilité nous rende heureux, d’un bonheur contagieux qui réjouisse les plus petits.

Père Jean-Christophe Cabanis

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article