Paroisse Colomiers

23ème Dimanche A, journée mondiale de la Création

Est-ce que les textes vont bien avec le sujet de la Création ? Souvent Jésus s’appuie sur des éléments de la Création pour nous parler en paraboles. Il parle du sel, des arbres, des oiseaux, des grains de blé,… et le lien se fait plus facilement entre le Royaume dont il nous parle et toute la Création qui est sauvée en même temps que l’humanité. St François d’Assise nous apprend à parler à toutes les créatures, les plantes, les astres, les animaux, comme à des frères et des sœurs. Mais là, Jésus parle de frères pour parler d’êtres humains. Il n’y a pas d’image prise dans la nature, c’est la relation entre frères dont Jésus veut nous entretenir. Nous sommes bien dans la Création puisque l’homme et la femme ont été créés le 6ème jour. Comme un couronnement, mais aussi une prise de responsabilités pour l’homme qui doit dominer la terre, selon l’ordre de Dieu. Dominer non pas au sens d’exploiter ou de soumettre, mais au sens d’organiser, de jardiner, de prendre soin. Nous sommes créés à l’image et à la ressemblance de Dieu, alors c’est en puisant dans cette image de Dieu que nous pouvons prendre soin de la Création comme le Seigneur prend soin de nous qui sommes ses enfants. Mais pour prendre soin de la Création, il faut avant tout prendre soin les uns des autres. Quel serait le témoignage de quelqu’un qui a un beau domaine, qui fait tout ce qu’il faut pour que la nature soit respectée, mais qui méprise son semblable, ne le regarde même pas ? L’écologie est intégrale, nous dit le pape, « tout est lié ». Il n’y a pas de sauvegarde de la Création s’il n’y a pas le souci du plus petit et du plus faible dans notre humanité.

Jésus nous rappelle que l’autre est un frère ou une sœur. Et que si nous croyons qu’il (ou elle) s’égare, il ne faut pas être dans l’accusation mais dans la défense. Nous vivons dans la mouvance de l’Esprit-Saint, et l’Esprit, nous dit Jésus, est un défenseur et non un accusateur. Jésus insiste sur le rôle de la communauté pour reprendre un frère qui s’égare. C’est à plusieurs qu’on peut gagner son frère, et si on gagne son frère ou sa sœur, on peut gagner la terre. 
St Paul nous rappelle une partie des 10 commandements qui sont des résistances à la violence : l’adultère, le meurtre, le vol, la convoitise. Ces violences existent contre les hommes, mais aussi contre la Création : la convoitise, le vol, l’accaparement des terres, la destruction des forêts. Tout cela entraîne des catastrophes écologiques et humaines que l’on sait. Jésus résume ces commandements en un seul : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même ». Et St Paul rajoute : « L’amour ne fait rien de mal au prochain ». C’est l’amour qui doit nous guider : m’amour de Dieu, l’amour du prochain et de soi-même, l’amour de la Création. Que tous nos actes soient guidés par l’amour et la Création s’en trouvera mieux.
Ezéchiel dans la première lecture nous rappelle notre rôle de guetteurs. Il y a beaucoup de guetteurs aujourd’hui qui s’inquiètent de l’avenir de la planète et des générations futures. Continuons à unir nos actions avec toutes ces personnes venues de tous les horizons et continuons à croire que notre rôle de guetteur est un rôle de prophète, qui dénonce les déviations et les crimes et qui annonce le Royaume de Dieu.

P.Jean-Christophe Cabanis

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article