Paroisse Colomiers

Au dire des gens, qui suis-je ?...Et pour vous, qui suis-je ?

Jésus marchait beaucoup avec ses disciples. C’était son moyen principal de déplacement. Cela lui permettait de contempler la nature, sa Création. Toutes les paraboles qu’il raconte parlent des arbres, des animaux, des montagnes, des champs… Marcher lui permettait aussi de faire des rencontres et d’aider ou de guérir ceux qui étaient au bard du chemin. Et puis il pouvait parler avec ses disciples qui l’accompagnaient. Et ce jour-là « chemin faisant », il leur pose ces deux questions le concernant : « Au dire des gens, qui suis-je ?...Et pour vous, qui suis-je ? »
Les réponses diffèrent pour les deux questions. Pour la foule, c’est un prophète. Quelqu’un du passé qui revient, Elie ou Jean-Baptiste. Quelqu’un d’important mais qu’on aurait déjà vu, comme si l’histoire se répète. Alors que Pierre a une réponse lumineuse. Il a perçu la nouveauté de Jésus et il proclame : « Tu es le Christ ». Il faut dire que lui et les apôtres connaissent mieux Jésus que la foule. Ils vivent avec lui. Leur relation est de l’ordre de l’amitié, de l’amour. Et ils comprennent que Jésus les dépasse, que son mystère est divin. Pierre dit à Jésus pour la première fois qu’il est le Christ, c’est-à-dire le Messie qui était tant attendu par Israël. Mais cela ne veut pas dire que Pierre a tout compris puisque juste après, Jésus va le réprimander. Pierre n’accepte pas que Jésus annonce qu’il va souffrir et mourir. Et il n’entend pas qu’il va ressusciter. Mais si Jésus les dépasse, s’il est le Christ, c’est lui qui sait ce qui l’attend, Pierre ne peut pas le savoir à sa place. Jésus a pris notre condition humaine pour la vivre jusqu’au bout, et cela passe par la souffrance et par la mort, mais elles ne sont pas une impasse parce que Jésus va donner sa vie, la vie et l’amour l’emportent sur la mort.
Alors nous, où en sommes-nous dans notre cheminement de vie et de foi ? Est-ce que notre vie est un cheminement ou bien est-ce que nous voulons toujours aller très vite ? Avec qui cheminons-nous ? Profitons-nous de la nature et des rencontres ? Que percevons-nous de la foi autour de nous ? On peut dire que Jésus est estimé généralement comme un homme sage qui a fait du bien par le passé, comme un prophète, même si tout le monde ne connait pas son existence aujourd’hui, en particulier chez les plus jeunes. Mais peut-être y a-t-il une soif de mieux le connaitre et nous devons témoigner de notre foi en Jésus le Christ, nous qui sommes habités par cette foi. Que Jésus soit le Christ, le Fils du Dieu vivant, c’est nous qui le confessons, à la suite de Pierre, nous qui venons nous fortifier à son Corps et à son Sang à chaque eucharistie comme aujourd’hui. Nous savons que Jésus n’est pas qu’un grand sage, il ne fait pas que cheminer avec nous, il est notre chemin, il est le Chemin de la Vie. Oui, continuons à emprunter ce chemin où nous le suivons, chemin où il nous réserve des surprises. Chemin qui est escarpé et difficile par moments, comme à la montagne pour atteindre des sommets de contemplation et d’amour. Chemin qui traverse aussi des plaines où nous rencontrons beaucoup de personnes, et Jésus nous demande d’être sa bouche, ses mains, ses oreilles, nous qui sommes le Corps du Christ, pour faire du bien en son nom. Sur le chemin, nous sommes ensemble, en Eglise, en communion, nous apprenons à nous connaitre, à nous compléter, à avoir une attitude fraternelle les uns avec les autres.
Oui, nous suivons Jésus sur son chemin, le chemin de la vie et de l’amour, le chemin du don de soi, le chemin de la vie éternelle. Allons à son rythme, c’est-à-dire un rythme humain et non pas accéléré. Ce chemin est parfois à contre-courant du chemin proposé par la société de consommation. N’ayons pas peur d’être à contre-courant, cela fait partie de notre rôle prophétique. N’ayons pas peur que Jésus nous remette en place lorsque nous nous trompons comme Pierre a pu se tromper. Acceptons les surprises du Christ qui sont celles de son amour, lui qui a vécu sa Passion et sa Résurrection parce qu’il aime passionnément l’humanité.

Père Jean-Christophe Cabanis

Merci à l'auteur de cette photo

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article