25e dimanche du temps ordinaire, année C

Publié le par Père Jacques Casanave

argent, apparence, luxe

argent, apparence, luxe

Les lectures de la messe du 25e dimanche du temps ordinaire, année C

Homélie

Nous avions, dans la 2ème lecture, comme une ébauche de ce que nous appelons la prière universelle. St Paul  indique 3 types de prières : la demande, l’intercession c’est-à-dire la prière en faveur de quelqu’un ou d’un groupe, et l’action de grâce ou remerciement. Le Missel romain que nous suivons pour célébrer la messe, indique les intentions que l’on peut proposer pour une prière universelle : pour l’Eglise, pour le monde, pour ceux qui sont dans la détresse, pour la communauté réunie aujourd’hui. En entendant la recommandation insistante de Paul qui recommande de prier pour les chefs d’état et tous ceux qui ont une responsabilité et en rapprochant cette phrase de celle de Jésus dans l’évangile : « Celui qui est digne de confiance dans une toute petite affaire est digne de confiance aussi dans une grande », je n’ai pas pu m’empêcher de penser à tous les responsables politiques, religieux, ceux du monde industriel, syndicaliste, bref à tous ceux qui, de gré ou de force occupent le devant de la scène et sont fréquemment montrés du doigt. Il peut paraître mesquin de leur reprocher certaines petitesses ou quelques malversations plus graves surnommées « casseroles », alors qu’ils gèrent souvent de grands projets ou la vie de très nombreux citoyens.

On a envie de dire : ce qui est important, c’est que ces grandes affaires soient bien gérées ; le reste, c’est quand même du détail, presque de la vie privée qui ne regarde que leur conscience. Est-ce bien vrai, lorsqu’on entend résonner cette phrase de Jésus, car il ajoute : « celui qui est trompeur dans une petite affaire est trompeur aussi dans une grande. »

On comprend dès lors, que l’on soit si exigeant envers « les maîtres qui nous gouvernent » à tous les niveaux et dans tous les secteurs de notre vie. Mais, il ne s’agit pas de faire leur examen de conscience ; nous pouvons nous appliquer à nous-mêmes cette exigence et nous dire de la même manière : Et moi, où en suis-je ? Suis-je vraiment digne de confiance dans les petites affaires ?

Le message de Jésus persiste, fort, clair et dérangeant. Peut-être le comprenons-nous aujourd’hui de la manière suivante : la petite parabole du gérant malhonnête engage à reproduire pour notre vie, non pas la tromperie de ce gérant, mais son esprit de décision, son désir de sauver l’essentiel et d’appeler toutes ses énergies à l’obtention du résultat. Ce qui se traduit pour nous par la question : suis-je passionné par le Royaume de Dieu et par le bonheur de mes frères humains et quelles sont les énergies que je déploie dans ce  but ?

 

Quant à l’argent, Jésus le qualifie de trompeur, car sa puissance fascine et lorsqu’on se laisse séduire par lui, il est tellement alléchant et tentant, qu’il conduit fréquemment à la malhonnêteté, à la dureté envers les autres (les magouilles dénoncées par Amos, l’un des prophètes de la justice sociale, continuent à être pratiquées et la réponse de Dieu est terrible : « Je n’oublierai pas leurs méfaits. » Dieu s’identifie au pauvre et défendra sa cause, « par la fierté d’Israël, je le jure ! ») L’argent est trompeur, car il n’est qu’un outil, un moyen et nous en faisons un maître. Or, dit Jésus, on ne peut avoir 2 maîtres.

Nous pourrions ajouter que l’argent est également un révélateur. C’est à l’usage que l’on en fait que se révèlent les aspirations de chacun, ses sympathies, le but de sa vie ; c’est ce qui fera dire à Jésus : « Là où est ton trésor, là aussi se trouve ton cœur. » Et ce trésor aura de multiples aspects que l’argent permet d’acquérir, des biens qui sécurisent le cœur de l’homme, mais qui peuvent aussi l’emprisonner et le dessécher. L’argent n’est qu’un outil qui peut être mis au service de graves égoïsmes ou bien permettre de beaux partages et de splendides avancées et devenir ce jour-là un merveilleux serviteur.

La question de Jésus demeure : où est ton trésor ? Qu’est-ce qui te passionne ?

 

Père Jacques Casanave

Publié dans Dimanche, Bible-AT-NT

Commenter cet article