26e dimanche du temps ordinaire, année C - 25 septembre 2016 - Combat pour la vie éternelle

Publié le par Père Jean-Christophe Cabanis

Livre d'Amos 6,1.4-7.
Psaume 146(145),7.8-9.9-10.
Première lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 6,11-16.
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 16,19-31.
***************

Ce riche dans l’évangile, nous ne savons pas comment il s’appelle, contrairement au pauvre qui est identifié, qui s’appelle Lazare. Le riche semble avoir perdu son identité avec son comportement où il n’est pas lui-même, il est seulement « le riche », fondu dans un rôle. Il fait des festins somptueux tous les jours, alors que le festin, sa particularité c’est d’être exceptionnel. Ce n’est pas interdit de faire des festins et d’inviter des amis, mais si on le fait tous les jours, alors on devient « une bande de vautrés » comme le répète le prophète Amos que nous avons entendu en première lecture. Et puis une fête n’est pas complète s’il n’y a pas la notion de partage. Or dans cette situation, le pauvre Lazare n’a même pas les miettes, on ne fait aucune attention à lui, il y a une indifférence totale à son égard.

Cet évangile nous rappelle que nous ne sommes pas égaux dans la vie au niveau social, mais nous sommes égaux dans la mort : le riche et le pauvre meurent également. Mais ensuite, il y a un abîme entre ceux qui sont auprès d’Abraham, qui reçoivent leur consolation, et ceux qui ne se sont intéressés qu’à eux-mêmes durant leur vie et qui sont tout seuls dans la souffrance. 

L’évangile ne veut pas nous décrire l’au-delà qu’on ne peut pas imaginer, seulement se représenter par des images, mais il veut nous parler d’aujourd’hui où se joue le combat de la vie éternelle. C’est St Paul qui le dit dans sa lettre à Timothée : « Mène le bon combat, celui de la foi, empare-toi de la vie éternelle ». St Paul nous dit que nous sommes des hommes (ou des femmes) de Dieu, et à ce titre nous devons rechercher la justice, la piété, la foi, la charité, la persévérance et la douceur.

Oui, la vie est un combat et une recherche permanente. On ne peut pas se contenter de rester vautrés ou de rester toujours dans un même cercle fermé sans se soucier des autres. Attention aux richesses qui peuvent nous aveugler, nous empêcher de voir ceux qui sont à nos portes et qui souffrent. Attention aux richesses qui nous enlèvent notre identité. Nous sommes dans un monde un peu unifome, attention à rester nous-mêmes, à ne pas être fondus dans la masse et à faire attention à ceux qui qui sont dans la souffrance, qui ont un chacun un nom, une identité, une histoire. Pensons aux réfugiés d’aujourd’hui qui sont à nos portes. Est-ce que nous leur donnons au moins des miettes de notre superflu ou davantage ? Pensons aux jeunes dont l’avenir est incertain. Les aidons-nous à avoir confiance en eux ?

Si nous reprenons les pistes données par St Paul : Quelle est notre justice ? Est-ce celle que nous fabriquons qui nous arrange, du donnant-donnant ou est-ce celle de Dieu ?  La justice, c’est la bonne répartition des biens, c’est l’égale dignité entre tous les hommes. Quels engagements prenons-nous dans ce sens ?

La piété et la foi : Quelle place pour la prière, pour la vie spirituelle, pour le souffle de Dieu qui vient nous rappeler notre identité ? Dieu nous appelle par notre nom, notre nom de baptême, nous avons tous une vocation qu’il faut toujours retrouver pour y répondre.

La charité doit toujours être inventive. Elle doit être faite de réciprocité : voir en l’autre, celui ou celle que l’on veut aider, ce qu’il ou elle a de meilleur. La charité est à vivre ensemble, c’est la solidarité.

La persévérance : Ne pas se décourager, viser le long terme, pas seulement l’immédiat. 

La douceur est une force, c’est celle du Christ, celle de l’Agneau de Dieu qui donne sa vie.

Luttons contre l’indifférence d’aujourd’hui, contre le cumul des richesses qui donne un bonheur superficiel. Reprenons à notre compte l’invitation de St Paul : « Menons le bon combat, emparons-nous de la vie éternelle. »

Père Jean-Christophe Cabanis

Publié dans Mots du curé, Dimanche

Commenter cet article