Paroisse Colomiers

29e dimanche ordinaire, année A : Journée Missionnaire Mondiale 2020

Cette phrase de Jésus est célèbre : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ». Je lis un commentaire de St Augustin : « De même que César cherche son image sur une pièce de monnaie, Dieu cherche son image en ton âme. Que réclame de toi César ? Son image. Mais l’image de César est sur la pièce de monnaie et l’image de Dieu est en toi » (sermon 24 sur les évangiles).

La pièce de monnaie est de l’ordre de l’avoir, alors que l’image de Dieu est de l’ordre de l’être. Nous sommes créés à l’image et à la ressemblance de Dieu, dès l’origine. Mais cette image de Dieu en nous est abîmée par le péché, et notre ressemblance à Dieu s’éloigne lorsque nous allons sur la pente du mal. Jésus s’est fait homme, il est venu sur terre pour restaurer cette image de Dieu qui est en nous et qui est parfois enfouie.

Jésus est lui-même l’image du Père et nous devons lui ressembler. Et pour lui ressembler, il faut passer du temps avec lui, par la prière, par sa Parole, par notre souci des autres. Jésus nous aide à restaurer l’image de Dieu que nous avons en nous. Et nous aurons sûrement de belles surprises. Nous pouvons être surpris par nous-mêmes. Parfois, nous n’avons pas une bonne opinion de nous-mêmes. Pourtant, nous avons l’image de Dieu au fond de nous, nous sommes capables du meilleur. Et les autres autour de nous sont aussi créés à l’image et à la ressemblance de Dieu. Alors la vie chrétienne est très belle : Il s’agit de découvrir ces images chez les autres, qu’ils soient proches ou lointains. De découvrir, et aussi de les aider à découvrir, ce qu’ils ont ou ce qu’elles ont de meilleur au fond d’eux-mêmes, d’elles-mêmes. Et la mission, c’est cela. C’est un émerveillement parce qu’on peut faire de très belles découvertes de générosité, d’amour. C’est aussi un combat parce que l’image de Dieu est parfois enfouie, et le mal essaie de nous empêcher d’accéder au meilleur.

Pour en revenir à l’évangile, Jésus ne méprise pas l’empereur César ni tout ce qui est de l’ordre politique ou matériel. Les pièces de monnaie ou l’argent sont nécessaires comme c’est important qu’il y ait des hommes et des femmes qui dirigent nos pays et que l’impôt soit organisé pour toutes les dépenses publiques. Le politique et l’argent ont leur place, mais ils ne doivent pas prendre toute la place. Ce qui peut être dénoncé aujourd’hui, et le pape le dénonce en particulier dans sa dernière encyclique « Fratelli tutti », c’est la place trop grande faite à l’argent au détriment de la fraternité. Au lieu de construire un monde où chacun ait sa place, on creuse les inégalités et on détruit la planète. On bafoue la dignité humaine en faisant passer le profit avant la fraternité. On préfère les images qui sont superficielles à l’image de Dieu qui est en chacun des êtres humains de tous les pays, du plus petit enfant à la personne la plus âgée.

St Paul nous donne aussi des conseils dans sa lettre aux Thessaloniciens. Il félicite la communauté de Thessalonique parce que sa foi est active, sa charité se donne de la peine, son espérance tient bon. Recevons aussi ces encouragements de la part de St Paul pour que notre foi continue d’être active, en particulier en ces temps difficiles, par notre prière personnelle et communautaire. Que notre charité soit inventive en nous demandant de quelle façon nous pouvons aider celui ou celle qui est dans le besoin. Comment aider notre prochain à retrouver la plus belle image qu’il (ou elle) a fond de lui-même ou d’elle-même. Quelle espérance pouvons-nous communiquer par notre joie intérieure, par nos sourires, notre bienveillance, notre fraternité ? « Seigneur envoie-moi ! » pouvons-nous dire en cette journée missionnaire, envoie-moi vers mes frères et sœurs, nous qui sommes tous créés à l’image et à la ressemblance de  Dieu.

P. Jean-Christophe Cabanis

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article