Paroisse Colomiers

Quelle est la gloire de Dieu ?

En général, les apôtres semblent soudés autour de Jésus. Il y a de l’amitié entre eux, un esprit d’équipe. Mais là, il y a une dispute : deux d’entre eux veulent se distinguer, ils veulent être les plus grands. Surtout, ils veulent déjà être assis à la droite et à la gauche de Jésus dans sa gloire. Jésus les remet à leur place sans s’énerver. Il les renvoie au présent et leur indique d’abord le chemin avant d’accéder à sa gloire. Ce chemin, c’est le baptême, c’est sa mort et sa résurrection, c’est le calice de sa Passion. Pour Jésus, il ne s’agit pas d’être le plus grand, mais d’être au service du plus petit. Jésus donnera l’exemple, il se mettra aux pieds de ses apôtres pour leur laver les pieds. Lui le plus grand, le maître, il va se mettre en position de serviteur pour que ses disciples grandissent et soient purifiés. Jésus annonce sa Passion dans cet évangile. Il se reconnait dans le serviteur souffrant annoncé par Isaïe, que nous avons entendu en première lecture. Jésus est à la fois au service des hommes : au service pour nous faire grandir en humanité, au service pour nous faire connaître son Père, la source de l’amour.  Et Jésus est à la fois souffrant parce qu’il prend avec lui nos souffrances. Il nous aide à les porter et à les traverser. Jésus n’est pas seulement au service de la vie, il est au service de la vie éternelle.

Alors demandons-nous quels services nous rendons. Est-ce que notre foi nous pousse à être des serviteurs ? Nous devons être des serviteurs de l’amour. C’est au nom de la fraternité, qui est universelle, que nous devons vouloir aider les autres à grandir, en particulier les enfants et les plus petits. Est-ce que nous avons un esprit d’équipe comme les apôtres ? Parce qu’à plusieurs, le service est plus efficace, on se complète bien. Est-ce que notre baptême nous fait rejoindre des personnes qui souffrent ? Des malades, des personnes seules, des migrants ? Nous sommes dans la semaine missionnaire mondiale dont le thème est : « Soif de Toi Seigneur ». Comment sommes-nous attentifs à la soif d’amour qu’il y a autour de nous ? A la soif de Dieu, la source de cet amour ? Comment sommes-nous serviteurs de la Parole de Dieu, puisqu’elle est l’eau vive que le Christ nous donne en abondance pour irriguer nos cœurs ?

Alors, l’évangile parlait de la gloire de Jésus au début. Jacques et Jean s’y voyaient déjà avec lui. Mais quelle est la gloire de Jésus ? « La gloire de Dieu, c’est l’homme vivant, l’homme debout » disait St Irénée dans les premiers siècles. Participons à une humanité debout, où chacun est respecté dans sa dignité. Notre gloire est d’avoir été choisis par le Seigneur, selon notre vocation, pour être au service d’un monde sauvé. Au service de la Parole de Dieu. Et ses serviteurs, Jésus les appelle ses amis. Participons à une Eglise fraternelle, au service d’un monde qui a soif, soif d’être aimé.

Père Jean-Christophe Cabanis

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article