Paroisse Colomiers

2Co 5, 17-21 Réconciliés en Christ

Lecture Priante de la 2ème lecture du 4ème dimanche du Carême année C
Lectio Divina
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur :
comprendre ce texte, ce qu'il me dit, le prier, vivre dans sa grâce.

 

______________________________________________________

Deuxième lettre de Saint Paul aux Corinthiens (5,17-21).

Frères, si quelqu’un est en Jésus-Christ, il est une créature nouvelle. Le monde ancien s’en est allé, un monde nouveau est déjà né.
Tout cela vient de Dieu : il nous a réconciliés avec lui par le Christ, et il nous a donné le ministère de la réconciliation. Car c’est bien Dieu qui, dans le Christ, réconciliait le monde avec lui ; il n’a pas tenu compte des fautes, et il a déposé en nous la parole de la réconciliation. Nous sommes donc les ambassadeurs du Christ, et par nous c’est Dieu lui-même qui lance un appel ; nous le demandons au nom du Christ, laissez-vous réconcilier avec Dieu.
Celui qui n’a pas connu le péché, Dieu l’a pour nous identifié au péché, afin qu’en lui, nous devenions justes de la justice même de Dieu.

______________________________________________________

"Réconciliation", l'apôtre Paul martèle cinq fois le message dans ce court extrait. Il utilise des expressions fortes dont je vais essayer de m'imprégner dans ma lecture priante, sachant ainsi que c'est une prière en présence du Seigneur qui me parle dans cette lecture. En Jésus-Christ, ou tout simplement en Christ, une expression chère à Paul. Être en Christ, inséré en Christ, membre du Christ, membre de son corps qui est l’Église. Être alors une créature nouvelle. C'est un point fort de l'enseignement de Paul : Vous tous, qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu le Christ, écrit-il aux Galates (3,27). Il est bon en ce moment de Carême de me redire ces mots, en pensant aux catéchumènes de la prochaine veillée pascale en nos paroisses et au renouvellement de notre baptême.

Le passage d'un ancien monde à un monde nouveau : ancienne alliance et nouvelle alliance. Un passage voulu et réalisé par Dieu : tout cela vient de Dieu. L'ancien et le nouveau en moi...

 

Paul aborde alors le ministère de la réconciliation confié par le Christ à son Église. Une réconciliation avec Dieu par le Christ, dans le Christ. Paul affirme que Dieu n'a pas tenu compte des fautes ; cela veut dire qu'il n'est pas un comptable qui tient le registre de nos manquements, de nos péchés. Il est un "réconciliateur". L'évangile du jour nous dit qu'il est un père miséricordieux qui veut "réconcilier" sa famille, le cadet et l'aîné entre eux et avec lui. Quel genre de portrait de Dieu ai-je en moi ? De quel Dieu je témoigne en actes et en paroles ?

 

La dernière phrase de Paul est très forte. Dieu a identifié le Christ au péché. Le texte grec est encore plus fort : Il l'a fait péché pour nous. Dieu a revêtu son Fils de notre péché sur la croix, il a enseveli nos fautes en son Fils dans le tombeau comme dans un monde ancien et il l'a ressuscité en monde nouveau dans la nuit de Pâques. Ainsi, en Christ, nous devenons justes de la justice même de Dieu, "justes", c'est-à-dire "ajustés" à Dieu, connectés à Lui, réconciliés.

 

Comprendre quelque peu ce texte au premier abord semble difficile, comme souvent chez Paul. Me demander, et le demander au Seigneur, ce que le texte va provoquer en moi, sa résonance en moi. Prier... Laissez-vous réconcilier avec Dieu me dit l’Église en ce moment de carême. Comment vais-je entendre cet appel ? Dans quels domaines de ma vie ?

 

"Nous sommes tous pécheurs. Laissons-nous transformer par la miséricorde de Dieu".

(Tweet du pape François le 8 août 2015)

Paul C.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article