Paroisse Colomiers

2e dimanche de l'Avent : Fraternité avec toute l’humanité, en particulier les plus petits, avec toute la Création

Nous avons une très belle figure de prophète à travers Jean-Baptiste.

Il y a ce qu’il dit : « Le Royaume des Cieux est tout proche… Convertissez-vous… Rendez droits ses sentiers… » On est dans le domaine de l’agir. « Que devons-nous faire ? » lui demanderont les foules. C’est à chacun de se demander comment avoir un cœur plus droit, moins tortueux, comment mieux vivre le partage, la réconciliation.

Il y a comment vit Jean-Baptiste, ce qu’il est. Il vit dans le désert, il est habillé très sobrement et sa nourriture est très frugale. Il ne vit pas pour lui-même, il est complètement donné pour sa mission.

Il y a ce que fait Jean-Baptiste : il baptise ! Les foules viennent à lui pour recevoir le baptême pour la conversion des péchés. Jean-Baptiste a un langage rude envers ceux qu’il pense qu’ils ne veulent pas se convertir, changer leurs habitudes, en particulier les pharisiens et les saduccéens. Et c’est vrai que ce sont ceux qui ne reconnaîtront pas Jésus, qui vont le combattre. « Engeance de vipères » leur dit Jean-Baptiste. La démarche du baptême, elle passe par les cœurs, pas par l’apparence. Elle doit donner des fruits.

Et puis il y a Jean-Baptiste qui annonce, qui va désigner Jésus comme étant plus grand, plus fort que lui. Celui qui baptisera dans l’Esprit-Saint et dans le feu. Celui qui réserve beaucoup de surprises parce que même Jean-Baptiste sera décontenancé devant Jésus, lorsqu’il le verra se manifester non pas comme un justicier mais comme un agneau, l’Agneau de Dieu avec toute sa douceur.

Isaïe aussi annonçait le Messie sur qui reposerait l’esprit du Seigneur. Un esprit de sagesse, de force, de discernement, de crainte du Seigneur. Un esprit qui n’est pas dans le jugement des apparences mais des cœurs. Un esprit en faveur des plus petits et des plus humbles. Un esprit de paix qui permet la réconciliation même dans la Création où le loup habitera avec l’agneau, et où le nourrisson jouera sur le nid du cobra. Un esprit qui écarte le mal, et qui rassemble les peuples.

En nous préparant à la belle fête de Noël, nous devons nous demander ce que nous avons à rectifier dans notre vie pour qu’elle soit plus droite. Quelles actions nous pouvons vivre de l’ordre du partage, du service, du dialogue. Mais nous avons surtout à nous souvenir de notre baptême. Le baptême où nous avons revêtu le Christ. Où nous avons été remplis de l’Esprit, de l’Eprit-Saint. Nous avons à agir dans le monde d’aujourd’hui qui est malade, malade d’injustices et de dégradations, grâce à notre esprit de sagesse, de discernement, mais surtout d’amour. C’est un esprit fraternel que nous partage le Seigneur. Fraternité avec toute l’humanité, en particulier les plus petits,  avec toute la Création.

Nous avons aussi à être des prophètes, comme Jean-Baptiste. A avoir une vie conforme à Celui que nous annonçons. Sans aller vivre dans le désert, à vivre sobrement, à nous engager sur la voie du dialogue, de l’accueil comme nous y invite St Paul, à approfondir nos convictions pour mieux désigner Celui qui est venu nous sauver avec amour. Pas seulement désigner mais le laisser vivre en nous, nous qui recevons le Corps du Christ. Que notre vie ne soit plus à nous-mêmes, mais à Celui qui vient sauver le monde.

P. Jean-Christophe Cabanis

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article