2ème Dimanche Avent

Publié le par Père Jean-Christophe Cabanis

Livre d'Isaïe 11,1-10.
Psaume 72(71),1-2.7-8.12-13.17.
Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 15,4-9.
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 3,1-12.
*********

Nous sommes heureux de retrouver Jean-Baptiste comme chaque année à cette époque de l’Avent, même si sa parole est un peu brutale.

On peut remarquer qu’avec lui, le désert se remplit. Le désert qui, par définition, est un lieu inhabité, est visité tout d’un coup par toute la population de Judée et de Jérusalem. Les gens du peuple viennent, mais aussi les élites comme les pharisiens ou les sadducéens. Et Jean-Baptiste secoue tout le monde, et nous avec. Il est crédible, parce que son mode de vie, très sobre, correspond à ce qu’il dit. Il est un prophète et sa vie est au service de la Parole et non de lui-même. Il est un prophète qui annonce de façon imminente Celui qui va venir et qui est plus grand que lui. Il est prophète même s’il n’est pas trop visionnaire. Celui qu’il décrit ne viendra pas exactement comme il le prévoit. Il annonce un justicier qui vient pour nettoyer ou pour brûler. Jésus viendra pour faire justice, oui, mais une justice qui nous dépasse, qui est pleine de miséricorde, et c’est son amour qui est brûlant. Mais le message de Jean-Baptiste demeure, celui de préparer, de rendre droits nos chemins, de se préparer à accueillir Celui qui vient et qui n’a pas fini de nous surprendre.

Nous avons aussi entendu un autre prophète dans la 1ère lecture : Isaïe. Qui lui, décrit avec beaucoup de finesse l’esprit de celui qu’on appellera le Messie : esprit de sagesse, de discernement, de conseil, et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur. Nous reconnaissons l’Esprit-Saint, l’Esprit de Jésus, celui avec lequel nous sommes baptisés. Nous nous préparons non seulement à accueillir le Christ, mais à lui être semblables, à être habités par son esprit de sagesse, de discernement, de conseil, de force. Et la force, c’est celle de la paix. Or la prophétie, c’est que le loup habitera avec l’agneau, qu’il n’y aura plus de mal ni de corruption. Ce monde idéal que nous attendons sans trop y croire, il nous est pourtant promis. Celui que nous attendons ne va pas seulement combler nos vies, mais il va apporter la paix au monde, il va chasser le mal, enlever le péché du monde.

St Paul nous invite à être persévérants dans cette espérance que Jésus est bien venu pour nous sauver et pour sauver notre monde. Qu’il n’est pas venu que pour un peuple, le peuple des croyants, mais qu’il est venu pour tous les hommes, pour toutes les nations. Nous avons à porter cette dimension universelle dans notre foi, à vivre le dialogue avec tous, en particulier avec les autres religions. Le psaume dit aussi que toutes les familles de la terre sont bénies au nom du Seigneur. Et aussi que ce sont les pauvres, les malheureux et les plus faibles qui sont sauvés par le Seigneur. En tant que porteurs de l’Esprit du Christ, soyons tournés en particulier vers les plus fragiles, et que ce temps de l’Avent nous prépare à une vie de foi tournée vers les plus petits qui portent en eux l’image du Christ qui s’est fait homme en naissant comme un petit enfant pauvre à Bethléem.

Père Jean-Christophe Cabanis

Publié dans Mots du curé, Dimanche

Commenter cet article