Paroisse Colomiers

Heureux sommes-nous d’être appelés enfants de Dieu...

Nous assistons à deux scènes qui se ressemblent dans cet évangile, elles ont lieu à une semaine d’intervalle l’une de l’autre. Jésus apparaît une première fois à ses disciples et la première parole qu’il leur dit, c’est : « La paix soit avec vous ». Les apôtres qui avaient peur, passent de la crainte à la joie. Et pourtant, même si Jésus leur envoie son Esprit et les envoie en mission, en particulier pour pardonner les péchés en son nom, eh bien ils n’ont pas bougé une semaine plus tard ! Il manquait Thomas et ils ont besoin d’être tous ensemble pour recevoir cet envoi. Cela nous dit quelque chose de l’unité dans l’Eglise. Nous avons besoin d’être tous rassemblés pour être mieux envoyés. Nous avons une relation à Dieu personnelle, mais aussi tous ensemble.

Thomas a été ébranlé dans sa foi. Il croyait en Jésus qui allait libérer son peuple. Il croyait en Jésus Fils de Dieu,  parce qu’il a suivi Jésus, il a entendu et bu ses paroles, il a vu ses gestes et ses signes. Mais de le voir crucifié et mort a complètement ébranlé sa foi. Et même en ses amis il ne fait plus trop confiance parce qu’il ne les croit pas lorsqu’ils lui disent qu’ils l’ont vu vivant. Thomas va retrouver la foi en retrouvant Jésus. Il a eu besoin de voir pour croire, ce que Jésus lui reproche gentiment, mais il nous aide dans notre foi, parce que nous aussi nous pouvons avoir des doutes. On peut dire que le doute fait partie de la foi s’il s’accompagne d’une recherche. Et les Onze apôtres vont être affermis aussi dans leur foi grâce à la démarche de Thomas. A partir de là, ils seront fortifiés et ils vont organiser l’Eglise naissante. A partir de gestes de partage, comme le décrit la lecture des Actes des Apôtres. Jésus ne sera plus visible, mais ils savent qu’il sera toujours là, vivant. Jusque là, les disciples suivaient Jésus, c’est lui qui avait l’initiative. Maintenant, ceux sont eux qui vont organiser l’Eglise et Jésus va vivre à travers eux, à travers nous.

Nous sommes aussi envoyés en mission, au lendemain de Pâques. Nous sommes invités à être toujours plus unis. La paix que nous recevons, nous pouvons l’accueillir. Là où nous connaissons le trouble ou l’inquiétude, Jésus vient nous apporter sa paix. Et cette paix, elle doit être contagieuse. Nous sommes des artisans de paix. Nous devons être des médiateurs, des hommes et des femmes de dialogue pour que les frontières d’incompréhension ou d’indifférence tombent. Comme les apôtres, nous devons vivre le partage comme un témoignage. La foi en Jésus ressuscité, nous ne pouvons pas la garder pour nous car il y a autour de nous trop de personnes en recherche, dans le doute ou dans l’obscurité qui ont besoin de la clarté de la foi.

St Jean nous rappelle que croire en Dieu, c’est être né de Dieu, c’est être enfant de Dieu. Soyons dignes de notre rang d’enfants de Dieu en vivant sur le mode de l’amour. Et cette façon de vivre et de croire nous rend heureux. Heureux sommes-nous d’être appelés enfants de Dieu. Heureux sommes-nous de nous efforcer de croire sans voir et d’être des témoins du Christ ressuscité.

Père Jean-Christophe Cabanis

Merci à l'auteur de cette photo

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article