Paroisse Colomiers

Ressuscité avec le Christ ... Pâte nouvelle

Lecture Priante de la 2ème lecture du dimanche de Pâques 2018
Lectio Divina
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur :
comprendre ce texte, ce qu'il me dit, le prier, vivre dans sa grâce.

 

 

Colossiens 3,1-4
Frères, si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu. Pensez aux réalités d’en haut, non à celles de la terre. En effet, vous êtes passés par la mort, et votre vie reste cachée avec le Christ en Dieu. Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui dans la gloire.
 
1 Corinthiens 5,6b-8
Frères, Ne savez-vous pas qu’un peu de levain suffit pour que fermente toute la pâte ? Purifiez-vous donc des vieux ferments et vous serez une pâte nouvelle, vous qui êtes le pain de la Pâque, celui qui n’a pas fermenté. Car notre agneau pascal a été immolé : c’est le Christ. Ainsi, célébrons la Fête, non pas avec de vieux ferments, non pas avec ceux de la perversité et du vice, mais avec du pain non fermenté, celui de la droiture et de la vérité.

 

Pour ce dimanche de Pâques, la liturgie offre le choix entre ces deux secondes lectures : on peut les méditer en les reliant. Ressuscités avec le Christ, Paul nous invite à chercher les réalités d'en-haut : c'est là qu'est le Christ. Le Christ-Messie est au sein même de Dieu, à la droite de Dieu selon la formulation imagée de Paul. En conséquence de cette donnée primordiale de sa foi, Paul nous propose un horizon à la vie de la terre, un but à notre marche, un en-haut, dit-il : c'est en haut qu'est votre but, non sur la terre. Car nous sommes passés par la mort, la mort du Christ, en notre baptême. Ce texte capital de Paul aux chrétiens de Rome : Baptisés dans le Christ Jésus, c'est dans sa mort que tous nous avons été baptisés. Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême dans la mort, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous vivions nous aussi dans une vie nouvelle (Rom 6,2-3). C'est là toute la doctrine et le langage de Paul sur le baptême : une plongée (= un "baptême"), une immersion dans la mort du Christ, un ensevelissement avec le Christ en sa mort, prélude d'une résurrection dans une vie nouvelle. Notre vie est comme cachée avec le Christ en Dieu. Un langage inspiré des premiers rites du baptême, le catéchumène étant plongé dans l'eau, une eau symbolisant à la fois la mort et la vie, ouvrant à une vie nouvelle.

 

Une vie nouvelle, une pâte nouvelle, nous dit l'autre lecture, aux Corinthiens, le pain de la Pâque. C'est la logique de notre baptême en Christ Ressuscité, agneau pascal. Pain et Agneau, deux allusions directes aux rites de la Pâque juive, que la tradition fait remonter à Moïse dans le cadre de la sortie d'Egypte et des fêtes de l'arrivée du printemps, fêtes de la nouveauté, d'un nouveau départ. On nettoyait la maison de toute trace de nourriture des jours précédents et on mangeait un pain cuit le jour même sans le levain habituel de la veille. On partageait aussi l'agneau de Pâques. Dans cet agneau dont le sang marquait les demeures, Paul voit le symbole, la figure du Christ sauveur dans le sang de la croix. Paul est amené à écrire ce passage pour dire sa sévérité à un cas de mauvaise conduite morale d'un membre de la communauté. D'où son invitation à une vie de la droiture et de la vérité, et non à une vie avec de vieux ferments.

 

Ma prière ? Devant le calvaire du Vendredi Saint et devant le tombeau ouvert et vide du matin de Pâques... Marie-Madeleine... s'aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau, lisons-nous dans l'Evangile de ce jour, une ouverture vers du nouveau ; elle va commencer à devenir une pâte nouvelle. Avec elle, ma prière. Et avec les deux disciples d'Emmaüs qui passent du désespoir (les vieux ferments) à la droiture et à la vérité en retournant à Jérusalem dans leur communauté naissante, renouvelés dans leur rencontre avec le Christ Vivant. Et moi, comment concrètement puis-je être pâte nouvelle ? Ma part de vieux ferments ? Ma part de réalités d'en-haut ?

Dieu notre Père... Que ton Esprit fasse de nous des hommes nouveaux pour que nous ressuscitions avec le Christ dans la lumière de la vie. (Prière d'ouverture de la messe de Pâques)

Paul C.

Merci à l'auteur de l'image

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article