Confiance de Paul au soir de sa vie (2Tm 4, 6-8.16-18)

Publié le par Pierre L.

2ème lecture de la messe - Fête de St Pierre et de St Paul

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre à Timothée

Me voici déjà offert en sacrifice, le moment de mon départ est venu. Je me suis bien battu, j'ai tenu jusqu'au bout de la course, je suis resté fidèle. Je n'ai plus qu'à recevoir la récompense du vainqueur : dans sa justice, le Seigneur, le juge impartial, me la remettra en ce jour-là, comme à tous ceux qui auront désiré avec amour sa manifestation dans la gloire. La première fois que j'ai présenté ma défense, personne ne m'a soutenu : tous m'ont abandonné. Que Dieu ne leur en tienne pas rigueur. Le Seigneur, lui, m'a assisté. Il m'a rempli de force pour que je puisse annoncer jusqu'au bout l'Évangile et le faire entendre à toutes les nations païennes. J'ai échappé à la gueule du lion ; le Seigneur me fera encore échapper à tout ce qu'on fait pour me nuire. Il me sauvera et me fera entrer au ciel, dans son Royaume. À lui la gloire pour les siècles des siècles. Amen.

 

Saint Pierre et saint Paul. Vous connaissez ?

 

En Marc (1,17) Jésus dit à Pierre et à son frère André « Venez à ma suite … » ; et laissant tout, ils Le suivirent. Quand Jésus demande : « Pour vous qui suis-je ? » Pierre répond aussitôt « Tu es le messie ». Lors de la transfiguration, Pierre, avec Jacques et Jean, voient Jésus au Thabor, rayonnant de la gloire de Dieu. Et quand une autre fois, Jésus demande à ses disciples « Vous aussi, vous allez me quitter ? » Pierre répond « Où irions-nous, Tu as les paroles de la vie éternelle ».

Et pourtant, c’est ce même Pierre qui, avant le 3ième chant du coq, renie Jésus … après tout ce qu’il avait vécu avec Lui ! Mais Luc poursuit « Et le Seigneur se retournant, fixa son regard sur Pierre … » (Luc 22,61).

Pierre a donc accepté de se laisser regarder par Jésus, accepté d’être pardonné. « Sur cette pierre, Je bâtirai mon Eglise » (Matthieu 16,18). Nous voyons là que le fondement de l’Eglise, celle de tous les temps, celle d’aujourd’hui, c’est ce regard de Jésus qui pardonne, qui guérit, qui sauve. L’Eglise est donc la communion de tous ceux qui laissent Jésus les regarder, les aimer.

Et Paul ? Lui aussi est fondé, en son tout être, sur la même rencontre. Quand il part à Damas persécuter les chrétiens, le Seigneur l’arrête « Saoul ! Saoul ! Pourquoi me persécutes-tu ? » « Qui es-tu Seigneur ? » « Je suis Jésus que tu persécutes ».

Dans cette lettre à Timothée, Paul affirme « J'ai échappé à la gueule du lion … ». Oui en voulant persécuter les chrétiens, Paul prenait un chemin de mort qui lui interdisait de voir la vie.

En Actes (3,4) Pierre, interpellé par l’impotent de la Belle Porte, « fixa les yeux sur lui … » … comme Jésus avait fixé les yeux sur lui (Pierre). Avoir pour tous ce regard de Jésus qui donne vie !

C’est par cette rencontre personnel avec Jésus, dans ce regard accueilli, que Pierre et Paul ont reçu l’audace « d’annoncer jusqu'au bout l'Évangile ».

Aujourd’hui, tous ceux qui annoncent la joie de l’Evangile peuvent le faire parce qu’ils laissent Jésus les regarder et les aimer.

Le « Venez à ma suite ! » de Jésus n’est pas une parole d’hier, mais de maintenant, … si tu veux.

Pierre L.

Confiance de Paul au soir de sa vie (2Tm 4, 6-8.16-18)

Commenter cet article