Les 3 attitudes du disciple-missionnaire, selon le pape François

Publié le par Paroisse de Colomiers

C’est un style de vie qui suppose d’aller à l’essentiel, de se renouveler et de s’engager.

« Aller à l’essentiel », d’abord, c’est-à-dire : aller « en profondeur, à ce qui compte et qui a de la valeur pour la vie ». La relation avec Dieu ne peut être ni « un attachement froid à des normes et à des lois », ni « un accomplissement de certains actes extérieurs qui ne nous conduisent pas à un changement réel de vie », ni une simple « habitude, parce que nous avons un certificat de baptême ». Pour le Pape, cette relation doit partir d’une « expérience vivante de Dieu et de son amour », « un mouvement continuel vers le Christ », « un apprentissage permanent par l’écoute de sa Parole ». Cette parole, qui « s’impose à nous dans les besoins concrets de nos frères ».

 

« Se renouveler », se laisser « secouer » par l’Esprit comme les docteurs de la loi l’ont été par Jésus. Attention, préviens le Pape : « on ne se renouvelle pas selon son caprice » mais « en restant solidement fondé dans la foi ». « Le renouvellement suppose le sacrifice et le courage, non pas pour se considérer comme les meilleurs ou les plus propres, mais pour mieux répondre à l’appel du Seigneur. » Car le Christ nous appelle « à pondérer ce qui est normatif quand est en jeu la marche à la suite de Jésus ; quand ses plaies ouvertes, son cri de faim et de soif de justice nous interpellent et nous imposent des réponses nouvelles », poursuit François […] « Ils sont nombreux ceux qui ont faim, faim de Dieu, faim de dignité parce qu’ils ont été dépouillés », déplore le Pape qui, sortant de son texte, se demande si ce n’est pas nous qui les avons dépouillés.

 

Ainsi, il faut « s’engager », défend François, et les aider à se rassasier de Dieu. « Mes frères, l’Église n’est pas une douane. Elle a besoin de portes ouvertes, parce que le cœur de Dieu n’est pas seulement ouvert, mais est percé de l’amour qui s’est fait douleur. »

Et le Pape demande aux chrétiens de ne pas continuellement lever la bannière « passage interdit » car « l’Église n’est pas à nous, elle est à Dieu » et Dieu a appelé tous les hommes. « Tous », répète le Saint-Père. Loin d’empêcher cette rencontre, nous devons la favoriser, suivant l’appel du Christ à donner à nourrir nos frères (Mt 14, 16).

 

http://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Documentation-catholique/Actes-du-pape/lEglise-secouee-lEsprit-afin-quelle-quitte-facilites-attachements-souligne-pape-Medellin-2017-09-11-1200875880?from_univers=urbi ; image http://saintaugustinenbeaujolais.fr/wp-content/uploads/2017/02/Tous-appel%C3%A9s-disciples-missionnaires.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article