Paroisse Colomiers

L’aveugle et le boiteux, je les fais revenir

Jéricho est la dernière étape de Jésus avant Jérusalem, le lieu de sa Passion. Jésus est la dernière chance pour Bartimée, cet aveugle qui a mendié toute sa vie. Lorsqu’il comprend que c’est Jésus qui passe, Jésus de Nazareth dont il connait la réputation, il se met à crier vers lui. C’est un cri de foi parce qu’il l’appelle Fils de David. Il le reconnait comme le Messie parce qu’il était dit que le Messie viendrait de la descendance de David. La foule est versatile, parce que dans un premier temps elle veut faire taire Bartimée qui le dérange, mais lorsque Jésus s’arrête et le fait appeler, elle se fait très amicale et l’encourage : « Lève-toi, il t’appelle ». Jésus passe par la foule malgré ses limites. Mais ensuite, il va instaurer un dialogue personnel avec l’aveugle. Il voit son jaillissement, son élan vers lui. Jésus est sensible à cette soif de vivre de Bartimée, à son enthousiasme, et il lui demande ce qu’il désire. Bartimée sui répond bien sûr qu’il veut retrouver la vue. Et Jésus ne va pas seulement le guérir mais le sauver. C’est toute la vie de cet homme que Jésus considère, et pas seulement sa mauvaise vue. De même que Jésus avait purifié les 10 lépreux qui venaient vers lui, il ne les avait pas seulement guéris de la lèpre, de même Jésus sauve toute la vie de cet homme. Et c’est vrai que sa vie va être complètement transformée. Lui qui était au bord de la route, exclu, à l’arrêt, il va être sur la route, en train de marcher, et en suivant Jésus. Jésus a reconnu sa foi, c’est au nom de sa foi qu’il le guérit, qu’il le sauve, qu’il en fait un disciple puisque l’aveugle guéri va suivre Jésus sur le chemin.

Cet évangile nous rappelle qu’aujourd’hui il y a beaucoup de monde au bord du chemin, arrêtés, abîmés par la vie, sans possibilité d’avancer et sans reconnaissance. Il y a ceux qui n’ont pas de logement, pas d’avenir, qui ne reçoivent pas d’amitié. Il y a les migrants qui sont arrêtés dans leur marche vers la dignité et la liberté. Ils attendent un signe, un signe d’amitié, d’encouragement, et ils ont en eux des trésors de vie, d’enthousiasme insoupçonnés qui n’attendent que de pouvoir se révéler, ils attendent d’être mis en confiance. Il y a tous ceux qui attendent des signes de Dieu, qui sont dans la nuit, qui n’y voient pas clair mais qui continuent d’espérer. Jésus les voit, il passe dans leur vie et il passe par l’Eglise qui peut représenter la foule dans cet évangile, pour les appeler, les encourager. La foule et l’Eglise qui peuvent être édifiés par des personnes qui étaient plutôt méprisées et qui peuvent se retrouver parmi les disciples les plus fidèles.

Cet évangile nous interroge sur la société et sur l’Eglise, mais aussi sur nous-mêmes. Où en sommes-nous sur le chemin à la suite de Jésus ? Sommes-nous parmi la foule, plutôt anonymes ? Sommes-nous de ceux ou celles qui vont chercher l’aveugle, qui essayons de remettre sur pied ceux qui sont les plus fragiles, qui essayons de les conduire vers le Christ ? Ne sommes-nous pas nous-mêmes parfois dans la situation de Bartimée ? Arrêtés dans nos vies, n’y voyant pas clair du tout ? Où en est notre foi ? Voyons-nous des signes de Dieu dans nos vies ? Oui, Jésus vient nous rejoindre, il nous voit, il entend nos cris, qui sont parfois des cris de souffrance. Il nous appelle et nous guérit de nos manques de foi. Il nous fait confiance, il sauve nos vies, c'est-à-dire qu’il leur donne beaucoup de sens. Jésus nous invite à le suivre sur le chemin. C’est un chemin d’amour, de joie, qui comporte aussi des obstacles et de la souffrance. C’est un chemin de Passion, un chemin de Résurrection, c’est le chemin de la vie éternelle. C’est le chemin du bonheur et de la sainteté, pour nous qui nous approchons de la fête de la Toussaint. Suivons ce chemin ensemble, n’oublions personne et ouvrons tout grand les yeux de la foi qui sont aussi les yeux du cœur.

Père Jean-Christophe Cabanis
Jr 31, 7-9 ; Ps 125 (126), 1-2ab, 2cd-3, 4-5, 6 ; He 5, 1-6 : Mc 10, 46b-52

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article