31ème dimanche du temps ordinaire, C

Publié le par Père Jean-Christophe Cabanis

Livre de la Sagesse 11,22-26.12,1-2.
Psaume 145(144),1-2.8-9.10-11.13cd-14.
Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 1,11-12.2,1-2.
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 19,1-10.
*****************
Nous aimons bien cet évangile avec Zachée, pensons aux enfants du catéchisme qui l’entendent souvent, en particulier lorsqu’il est question de pardon, comme nous sommes familiers de l’évangile de l’enfant prodigue sur le même sujet.

Zachée n’est pas aimé à Jéricho, et Jésus nous le rend sympathique. Il y a quelque chose qui se passe au niveau du regard et dans le verbe « voir ». Zachée veut voir Jésus, c’est pour cela qu’il monte dans l’arbre. Et Jésus va lever les yeux et le voir aussi, leurs regards vont se croiser. Si Zachée avait voulu voir Jésus sans être vu, on aurait pu le traiter de voyeur. Mais vouloir voir en pouvant être vu, c’est prendre un risque, c’est s’exposer. Zachée ne le savait pas encore mais il s’est exposé à l’amour. Le regard de Jésus est plein d’amour, il n’est pas dans le jugement, et ses paroles sont pleines d’amour aussi. Il s’adresse à Zachée comme à un familier puisqu’il veut demeurer dans sa maison, comme quelqu’un de sa famille. Zachée se sent inondé par l’amour de Jésus, par sa bienveillance, il se sent rejoint au plus profond de lui-même au point qu’il va redevenir lui-même, c'est-à-dire quelqu’un de bon. Nous sommes tous créés à l’image de Dieu donc nous sommes tous foncièrement bons au fond de nous-mêmes. Ce sont les circonstances ou les mauvais choix qui nous font devenir mauvais et pécheurs. Et ce ne sont pas les critiques et les jugements des autres qui nous font redevenir bons, mais ce sont des paroles et des gestes d’amour, d’amitié, de confiance.

Jésus fait confiance à Zachée et Zachée va changer radicalement de comportement. Il va devenir honnête, il va rendre ce qu’il a pris de façon malhonnête et va partager largement sa fortune avec les pauvres. C’est la joie qui règne chez Zachée, la joie de se savoir aimé, lui qui n’était pas aimé de ses compatriotes qui mettaient un fossé entre sa richesse et eux.

Jésus voit avant tout en Zachée un enfant d’Abraham qui s’est un peu perdu. Jésus vient le sauver et le réhabiliter dans sa dignité d’enfant d’Abraham, c'est-à-dire d’enfant de Dieu, enfants de la promesse. Cet évangile nous invite à nous rappeler que nous sommes tous des enfants d’Abraham, des enfants de Dieu. Nous avons tous autant de prix aux yeux du Seigneur. Nous sommes tous des pécheurs attirés par la possession et nous n’avons pas à nous juger les uns les autres. Nous avons avant tout à nous laisser regarder par Jésus. Ce regard perçant qui va au fond de nos cœurs, qui nous révèle qui nous sommes. Jésus veut faire sa demeure en nous, nous réjouir de sa présence et réjouir aussi tous ceux qui nous entourent. C’est ce que nous faisons aujourd’hui : nous nous apprêtons à recevoir Jésus en nous. Pour cela, nous nous débarrassons de ce qui nous encombre, de l’égoïsme et du paraître. Et nous sommes prêts à vivre le partage, à nous tourner vers les plus pauvres pour partager avec eux ce que nous avons, mais surtout pour leur offrir notre fraternité. Nous sommes tous égaux sous le regard du Christ, il n’y a plus de riches et de pauvres, il n’y a que des pécheurs pardonnés appelés à vivre en frères.

Nous sommes tous des Zachée qui cherchons à nous approcher de Jésus, à croiser son regard. Sur quel arbre allons-nous monter pour cela ? Celui de la Parole de Dieu ? Celui de l’engagement associatif ? Celui de la solidarité ? Que le regard de Jésus nous aide à changer notre regard sur les autres, à voir en eux ce qu’ils ont de meilleur. A partager avec eux la promesse d’un Dieu qui nous aime et qui fait alliance avec nous en Jésus-Christ.

Père Jean-Christophe Cabanis, image http://www.fcscj.net/images/zachee-rencontre.jpg

Publié dans Mots du curé, Dimanche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article