Paroisse Colomiers

Qui est mon prochain ?

Ce dialogue entre Jésus et le scribe est entre deux initiés des Ecritures. Les Ecritures qui parlent du premier commandement d’aimer Dieu de tout son cœur, et qui commencent par le verbe écouter : « Ecoute Israël ». La foi, la religion, est avant tout une relation. C’est Dieu qui parle, à la fois à chacun, et à la fois au peuple de Dieu. Le peuple de Dieu doit être à l’écoute tous les jours, c’est pour cela que les Juifs disent cette prière tous les jours : « Shema Israel », « écoute Israël ». Et nous-mêmes, nous nous mettons aussi à l’écoute de la Parole de Dieu tous les jours, ou au moins tous les Dimanche. Notre foi ne se résume pas à un commandement, elle est un dialogue d’amour.

Jésus dans sa réponse au scribe, associe les deux commandements, celui d’aimer Dieu de tout son cœur, de toute son âme, de tout son esprit, de toute sa force, et d’aimer son prochain comme soi-même. Finalement, il y a trois commandements parce qu’il s’agit de s’aimer soi-même aussi, il ne faut pas s’oublier. En s’aimant soi-même, mais sans égoïsme, alors on est en mesure d’aimer les autres. Mais l’amour, il faut d’abord le recevoir de Dieu, être orienté de tout son être vers la source de l’amour. Alors demandons-nous si nous sommes tendus de tout notre être, si nous mettons toute notre force, toute notre intelligence et tout notre amour dans cette relation qui donne un sens à notre vie, qui lui donne la dimension de l’éternité.

Le scribe n’est pas loin du Royaume lui dit Jésus. Il ne lui dit pas qu’il en est tout près. Car du Royaume, c’est Jésus lui-même qui en est le Roi, et le scribe ne le reconnait pas. Il applique les commandements mais reste aveuglé pour reconnaitre la source de l’amour. Jésus, par ailleurs, nous dit qu’il est le Chemin. Et ce chemin va le conduire bientôt vers Jérusalem, le lieu de sa Passion. Jésus nous demande de le suivre sur ce chemin. Aimer Dieu de tout son cœur, aimer son prochain comme soi-même, c’est un engagement qui est parfois risqué, qui va jusqu’au don de soi, comme nous le rappellent les saints que nous avons fêtés le jour de la Toussaint. Mais ils nous rappellent aussi que cela rend heureux.

Nous avons aussi à nous demander qui est notre prochain. De qui nous faisons-nous les plus proches ? Quand on pose à Jésus la question : « Qui est mon prochain ? », il parle d’une personne abîmée par la vie, rouée de coup, dont un Samaritain s’est approchée pour la secourir. Quelles sont les personnes que nous devons aimer parce qu’elles sont nos sœurs, nos frères ? Quels sont les plus abîmés qui demandent notre attention, notre amitié, nos soins ?

« Ecoute Israël » rappelle Jésus dans l’évangile. Nous avons à écouter ce que Dieu veut nous dire dans notre cœur, mais aussi à écouter les appels du monde. Sachons développer une écoute fraternelle, une écoute qui vient du cœur. Et suivons Jésus sur son chemin : Chemin d’humanité, chemin d’éternité.

Père Jean-Christophe Cabanis
Dt 6, 2-6 ; Ps 17 (18), 2-3, 4, 47.51ab ; He 7, 23-28 ; Mc 12, 28b-34

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article