4e dimanche de l'Avent A

Publié le par Père Jean-Christophe Cabanis

Livre d'Isaïe 7,10-16.
Psaume 24(23),1-2.3-4ab.5-6.
Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 1,1-7.
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 1,18-24.  

************************

Joseph avait un ancêtre qui s’appelait aussi Joseph, du temps des patriarches, c’était le fils de Jacob, un des 12 frères. Il savait interpréter les Ecritures et c’est de cette façon, lui qui avait échoué dans une prison d’Egypte, qu’il était devenu quelqu’un de très important en Egypte, l’intendant du Royaume car il avait su interpréter les songes du Pharaon.

Joseph d’aujourd’hui a lui aussi des songes. Et ce sont ces songes qui vont le guider dans cette période si importante de son existence, et surprenante, qui vont l’aider à faire les meilleurs choix. Le songe d’aujourd’hui va l’aider à le décider à garder Marie et l’enfant qu’elle porte. Il avait pu penser qu’elle était enceinte du fait d’un autre homme, mais non, c’est l’Esprit-Saint qui a engendré Jésus. Joseph est éclairé par ce songe comme il le sera par les suivants. Lorsqu’il sera averti que Hérode cherche à tuer l’enfant nouveau-né et que la famille s’enfuira en Egypte, comme des réfugiés. Puis un autre songe le préviendra qu’il pourra revenir à Nazareth, à la mort du tyran.

Cela nous invite à réfléchir sur les choix que nous avons à faire. Nous ne sommes pas seuls pour choisir, nous sommes éclairés en particulier dans nos responsabilités. Nous avons tous des responsabilités, qu’elles soient familiales, au travail, dans des associations… Nous avons à nous ajuster à ce qui vient. Joseph était un homme juste parce qu’il s’est ajusté à la volonté de Dieu. Il avait d’autres projets, il ne voyait pas le mariage avec Marie de cette façon, il a accepté la venue de Jésus avec les changements que cela comporte. Nous aussi, la venue de Jésus doit effectuer des changements dans nos vies, dans nos cœurs. Il doit avoir la priorité dans nos vies, et pour cela, nos priorités doivent se réajuster. Comment Jésus peut-il avoir la première place dans nos vies ? Y a-t-il des choses de moindre importance que nous devons laisser tomber ?

A Joseph, Jésus révèle deux noms de Jésus. Jésus, cela veut dire : le Seigneur sauve. Et l’Emmanuel : Dieu avec nous. Nous croyons en un Dieu qui vient vivre au milieu de nous. Qui prend notre condition humaine, celle d’embryon, celle de nouveau-né, d’enfant puis d’adulte. Il vient au milieu de nous pour nous apprendre à choisir le bien et à rejeter le mal, comme il est dit dans la première lecture d’Isaïe. Nous n’y voyons pas toujours très clair quant au bien et au mal. Parfois, nous devons choisir entre deux biens. D’autres fois, nous devons choisir le moindre mal ! Cela nous demande du temps pour discerner, et Jésus nous aide pour cela, il nous éclaire car il est la lumière qui nous permet d’y voir plus clair pour avancer.

St Paul, lui, nous rappelle la dimension universelle de la venue de Jésus parmi les hommes. Il est venu pour toutes les nations païennes. Noël a pris une dimension qui dépasse l’Eglise, et c’est bien que soient fêtés la paix, la famille, l’amour, dans tous les foyers, dans tous les pays, même chez ceux qui ignorent qui est Jésus. C’est à nous de donner du sens à cette fête et de la prolonger toute l’année. Jésus est l’Emmanuel, Dieu parmi les hommes, et il a choisi de passer par nous pour être présent au monde.

La lumière de Bethléem qui est transmise en ce moment par les scouts, symbolise cette présence qui passe par nous. Elle est fragile, il faut prendre soin d’entretenir sa flamme. Elle se transmet, elle passe par la solidarité humaine. Elle vient d’un lieu de pauvreté, la crèche de Bethléem. Nous pouvons penser à la condition des chrétiens en Palestine aujourd’hui qui est toujours précaire. Cette lumière vient d’un lieu de naissance, d’un foyer d’amour, et nous croyons que notre monde, même s’il est mal engagé, peut renaître à l’amour, à la paix.

Que la fête de Noël à laquelle nous nous préparons fasse de nous des artisans de paix, éclairés par la lumière de l’amour de Dieu de Bethléem !

Père Jean-Christophe Cabanis, image http://img.over-blog.com/500x236/4/99/61/95/advent2.jpg

Publié dans Mots du curé, Dimanche

Commenter cet article