Paroisse Colomiers

Pour élever le monde à la suite de Jésus de l’Ascension

En ce temps de Pâques, nous continuons à profiter des lectures des Actes des Apôtres et des écrits de St Jean, lettres et évangile. St Jean insiste toujours sur des mots particuliers en les répétant. Dans la lettre d’aujourd’hui, ce sont les mots « amour » et « demeurer » qui ressortent. Dieu veut faire sa demeure en nous, et la condition, ou la conséquence, c’est de nous aimer les uns les autres. Cela peut donner le vertige de se savoir aimé de Dieu au point qu’il veut habiter en nous, qu’il veut faire sa demeure en nous si nous lui faisons une place. Il veut nous apprendre à aimer comme il nous aime, en allant jusqu’à donner sa vie. C’est impressionnant et on se sent petits, mais c’est la joie qui l’emporte, un peu comme Marie lorsqu’elle a accepté de donner naissance à Jésus, le Fils de Dieu, en toute humilité.

Dans l’évangile, il y a trois mots en particulier qui ressortent, les mots « un » et « unis », le « nom » et le « monde ». Le nom, c’est l’identité de Dieu, et nous savons que cette identité de Dieu, c’est celle de l’amour. Nous aussi, nous avons chacun un nom, Dieu nous connait par notre nom. On dirait que le Père et Jésus ont le même nom parce qu’il parle au Père en lui disant « ton nom », et il rajoute « le nom que tu m’as donné ». On dirait aussi que ce nom, Jésus veut l’étendre à tous ses amis : « garde mes disciples unis à ton nom » lui dit-il. Nous sommes protégés par ce nom et unifiés. Cet évangile est la dernière prière de Jésus avant sa Passion. C’est une des seules fois où la prière de Jésus à son Père est développée dans l’évangile alors qu’on le voit souvent en prière. On peut se demander quel est le contenu de sa prière. Et là nous comprenons que le contenu c’est nous, ses disciples. Et en particulier l’unité de ses disciples. Jésus est uni à son Père, lui et son Père ne font qu’un dans l’Esprit. Et Jésus veut nous introduire dans cette unité et dans la Trinité. Et nous savons que sa prière est nécessaire parce que nous sommes souvent divisés en nous-mêmes, dans les familles, entre chrétiens d’une même paroisse parfois, entre confessions chrétiennes. Il y a des rapprochements entre chrétiens par l’œcuménisme heureusement. Ces rapprochements, c’est Jésus qui les permet par sa prière et par sa passion pour nous puisqu’il va donner sa vie pour enrayer le mal et toutes les causes de division.

Le mot qui ressort le plus, dix fois, c’est le monde. Alors, on se demande si le monde est bon ou mauvais puisque Jésus dit : « je ne suis pas du monde ». Et il dit aussi que ses disciples n’appartiennent pas au monde, comme s’il s’en méfiait. Pourtant, le monde est créé par Dieu, il ne peut pas être mauvais. Mais le Mauvais, comme l’appelle Jésus, est à l’affut. Il veut détourner les hommes de leur vocation d’enfants de Dieu. Le monde est menacé par ce Mauvais qui veut lui donner d’autres priorités que celles de l’amour. Il veut l’entrainer vers l’orgueil, le goût du pouvoir, l’égoïsme. Et nous savons que notre monde est trop souvent tenté par l’égoïsme, la violence, le chacun pour soi. Jésus par son Esprit, nous ouvre sur un autre monde, qui est le Royaume des Cieux. Alors, oui, nous sommes de ce monde, et nous devons aimer notre monde, nous devons être solidaires d’un monde qui souffre, qui a besoin d’amour, de reconnaissance car il est capable du meilleur. Mais nous sommes aussi dans le monde de l’amour de Dieu, celui vers lequel Jésus nous entraine dans son Ascension. Nous sommes envoyés dans ce monde, pas pour le condamner ou pour le juger mais pour l’aimer. Pour élever le monde à la suite de Jésus de l’Ascension.

Dans les Actes des Apôtres, il y a le chiffre symbolique 12 qui est important. Il représentait les 12 tribus d’Israël, l’ensemble du peuple de Dieu. Et pour l’Eglise naissante, il signifie que ce sont tous les peuples de la terre qui doivent être rejoints par la Bonne Nouvelle de Jésus vivant. Et puis les apôtres vont partir 2 par 2 alors il faut bien un chiffre pair ! Nous sommes nous aussi choisis, invités à vivre en Eglise, en communauté, et à être envoyés dans le monde, un monde aimé de Dieu. Que nos efforts d’unité, de communion, participent à un monde unifié, où les différences sont autant de richesses, où le mal est vaincu par l’amour, grâce à notre Dieu qui veut faire sa demeure en nous.

Père Jean-Christophe Cabanis
Ac 1, 15-17.20a.20c-26 ; Psaume [102 (103), 1-2, 11-12, 19-20ab] ; 1 Jn 4, 11-16 ; Jn 17, 11b-19

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article