8e dimanche du temps ordinaire, année A

Publié le par Père Jean-Christophe Cabanis

Is 49, 14-15 ; 1Co 4,1-5 ; Mt 6,24-34 ; PU

**********************

Nous sommes toujours sur la montagne où le Seigneur continue de nous donner de belles leçons qui ont pour finalité le bonheur. Mais pas un bonheur pour soi tout seul, un bonheur partagé, un bonheur pour tous. Pour que ce bonheur soit partagé avec tous, il faut qu’il y ait une justice. Pas notre justice humaine, qui est souvent du donnant-donnant, mais une justice basée sur la fraternité. Nous sommes tous enfants du même Père, et c’est toujours sur la montagne que Jésus nous apprend à avoir une attitude fraternelle avec tous, même avec nos adversaires.

Aujourd’hui, Jésus nous invite à nous donner des priorités radicales. Si nous faisons le choix de Dieu, le choix de la fraternité, de la justice, alors nous ne devons pas faire le choix de l’argent. Oui, l’argent est important et nécessaire, mais il n’est pas une finalité. On ne vit pas pour gagner de l’argent, on gagne de l’argent pour vivre une vie conforme à notre dignité d’enfants de Dieu. L’argent n’est pas fait pour être accumulé mais pour servir la vie, et pour être partagé, si possible. Nous croyons, et la pensée sociale de l’Eglise nous aide à y croire, qu’il y a un bien commun dont nous sommes responsables. Nous avons tous à œuvrer pour ce bien commun. Le bien commun, c’est notre planète que nous avons à préserver. Le bien commun, c’est le vivre ensemble, et la politique est une façon éminente de gérer le trésor d’humanité qui nous est confié à tous et qui est si délicat à gérer. L’argent doit être mis au service de ce bien commun et nous savons que ce n’est pas comme cela que ça se passe. L’argent est accumulé par les plus riches et manque à plus de la moitié de l’humanité.

Jésus ne nous oriente pas vers les biens matériels mais vers le Royaume des Cieux. Un Royaume où la seule richesse c’est Lui, le Christ. Si on se rapproche de Lui, alors notre cœur sera enrichi de son amour. C’est l’amour qui est le secret de la vie. Et se savoir aimé apporte la paix.

« Cherchez d’abord le Royaume des Cieux et sa justice, (le reste) vous sera donné par surcroît ». « Ne vous faites pas de souci » insiste Jésus. Pourtant du souci nous pouvons nous en faire. Notre monde ne tourne pas très rond et personne ne sait si le lendemain est assuré dans un contexte de crise, de chômage, d’attentats. « Cherchez le Royaume » insiste Jésus. Les solutions que nous cherchons dans nos vies et pour notre monde, elles relèvent de l’amour. Que le Carême qui s’approche soit un temps privilégié pour chercher le Royaume de l’amour par notre attachement à la Parole de Dieu et le détachement de tout ce qui nous retient trop au niveau matériel. Cherchons ce Royaume ensemble. Sachons observer la Création comme Jésus nous y invite avec l’exemple des oiseaux et des lis des champs. Nous sommes les intendants du mystère de Dieu nous dit St Paul. Soyons dignes de cette marque de confiance, d’être des intendants du Royaume de l’amour sur notre terre blessée et sauvée.

Père Jean-Christophe Cabanis

Publié dans Mots du curé, Dimanche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article