Paroisse Colomiers

André, il a toujours été en tenue de service, la lampe allumée à la main

André, j’avoue que j’ai quelques difficultés à parler de lui. Je le connaissais trop, plus qu’un ami, André pour moi était un frère, il ne se passait pratiquement pas une semaine sans qu’on ait l’occasion de se rencontrer.

Avec Monique, son épouse, Valérie et Frédéric, ses enfants, ils formaient ensemble une famille accueillante et attachante. Une famille croyante, où la foi n’était pas un vain mot, même si André n’en parlait pas, il la vivait au jour le jour dans ses actes…

Chez lui, la vie, la foi ne faisait qu’un. Cela me fait penser à ce théologien Maurice ZUNDEL qui disait : « Ne parlez pas de Dieu, vous risquez de l’abimer ». Tous les dimanches, il était ici dans cette église partageant avec notre communauté foi, confiance, espérance dans la continuité avec ce brave Job de la 1ère lecture : « Quoi qu’il arrive, quand bien même on m’aura arraché la peau, je verrai Dieu… Je le verrai, il ne sera plus un étranger »

Aujourd’hui, André rencontre celui qui nous a dit « Restez en tenue de service », pour lui Dieu n’est plus un étranger, il est celui qui l’accueille à sa table comme un ami, comme un frère.

Avec André pas de parlottes inutiles, pas de théories, toujours en tenue de service. Je soulignerais 3 grands aspects de sa vie : le travail, le service, la générosité.

  • Le travail ne lui faisait pas peur, un véritable bourreau de travail : capable de travailler 48h d’affilées sans s’arrêter. Rentré chez lui, il s’attaquait au jardinage ou il répondait aux sollicitations de tous ceux qui savaient qu’il était devenu maître dans la soudure ou autre activité concernant la ferraille.
  • Rendre service : la plupart d’entre nous, nous lui sommes redevables de tel ou tel service qu’il a pu nous rendre : jardinage, plomberie, soudure et bien d’autres encore. Qui ne l’a pas vu sillonner Colomiers avec sa remorque allant chez l’un, chez l’autre pour donner un coup de main. Qu’est-ce qu’il n’a pas fait pour la paroisse : les troncs au fond de cette église, le baptistaire pour les célébrations pascales, la croix extérieure de la chapelle St Bernadette et puis des menus détails tel que le support de cette souche … ou encore figurez vous qu’un jour le curé Louis Duffort, qui lui aussi vient de nous quitter, a perdu la clé de l’église, heureusement qu’on avait un double et à partir de ce double, il a refait une clé : la voici ! 

Chez lui, il n’y avait pas que le côté matériel, sans rien dire, il savait ouvrir l’œil envers les petits : gitans, ferrailleurs, alcooliques, peu importe ; il estimait qu’ils étaient capables de faire quelque chose. Pendant 3 ou 4 ans, il a passé 2 ou 3 demi-journées par semaines aux côtés de SDF à BLAGNAC, à qui il a appris le jardinage, l’arrosage et l’organisation de la vente de légumes. Il a été très affecté lorsque cette association a dû partir et oui, André était aussi quelqu’un de très sensible.

  • Enfin, je terminerai en soulignant rapidement sa générosité, son sens du partage : salades, tomates, haricots, citrouilles, cerises, c’était un véritable marché à cette nuance près que c’était gratuit ! Une anecdote : un jour, il me téléphone :  « Charles, est-ce que tu veux des choux ? » … « Pourquoi pas ? » Il est arrivé avec sa remorque et devant ma porte, il m’a laissé une quarantaine de choux !

 

Difficile de résumer en quelques minutes une vie aussi riche que celle d’André… tous, nous avons certainement des choses à rajouter à ce que je viens de dire : je pense encore à tous ces moments de convivialité, ces réveillons du Nouvel An qu’on a vécu avec plusieurs familles, les rencontres au Point Rencontres Chômeurs…. et j’en passe.

 

Au final, je retiens qu’au milieu de nous, il a toujours été en tenue de service, la lampe allumée à la main. Il nous devance sur ce chemin qui nous amène à Jésus-Christ, il éclaire notre route, à sa manière il nous a montré sans le dire un visage de Dieu : « Tout ce que vous ferez aux plus petits d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites ». Monique ; Valérie ; Frédéric vous pouvez être fiers d’André ! Adieu André, à bientôt de se retrouver !

En écoutant cet Ave Maria, nous le confions à la Vierge Marie.

Père Charles de Llobet

Nb : André Proton, paroissien de Colomiers

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article