Paroisse Colomiers

Apocalypse-Révélation de Jésus-Christ

Lecture Priante de la 2ème lecture du 2ème dimanche de Pâques (année C)
(Lectio Divina)
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur :
comprendre ce texte, ce qu'il me dit, le prier, vivre dans sa grâce.
______________________________________________________________________________________
Apocalypse de Saint Jean (1, 9...19)
Moi, Jean, votre frère, partageant avec vous la détresse, la royauté et la persévérance en Jésus, je me trouvai dans l’île de Patmos à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus. Je fus saisi en esprit, le jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une voix forte, pareille au son d’une trompette. Elle disait : "Ce que tu vois, écris-le dans un livre et envoie-le aux sept Églises : à Éphèse, Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie et Laodicée." Je me retournai pour regarder quelle était cette voix qui me parlait. M’étant retourné, j’ai vu sept chandeliers d’or, et au milieu des chandeliers un être qui semblait un Fils d’homme, revêtu d’une longue tunique, une ceinture d’or à hauteur de poitrine. [...] Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort, mais il posa sur moi sa main droite, en disant : "Ne crains pas. Moi, je suis le Premier et le Dernier, le Vivant : j’étais mort, et me voilà vivant pour les siècles des siècles ; je détiens les clés de la mort et du séjour des morts. Écris donc ce que tu as vu, ce qui est, ce qui va ensuite advenir."

 

Nous sommes entrés dans un cycle de 7 dimanches jusqu'à la Pentecôte, le Temps Pascal, les 50 Jours. Les 6 dimanches suivants font entendre comme seconde lecture des extraits du livre de l'Apocalypse. Ce livre, le dernier du Nouveau Testament, est d'un langage difficile à comprendre. C'est une sorte d'OVNI, s'apparentant, toute proportion gardée, à ce qu'on appelle aujourd'hui la littérature fantastique. Il est rempli d'images et de symboles qu'il nous faut décrypter et décoder, et ce n'est pas toujours évident. Son titre "apocalypse" signifie tout simplement "révélation", dévoilement, enlèvement d'un voile. "Révélation de Jésus Christ", ce sont ses premiers mots (et non "Apocalypse de saint Jean" comme on a pris l'habitude de dire). Le cœur du livre est donc exprimé dès le début, le Christ. Le livre va nous projeter vers notre avenir, le Christ dans sa manifestation glorieuse à la fin des temps, dans sa dernière et finale Pâque, dans l'Eschatologie, la Parousie du Christ, des mots favoris des commentateurs de la Bible. Mais, attention ! Pas de contre-sens, rien d'apocalyptique au sens de catastrophique, de grand malheur, comme le disent le langage courant ou toute une littérature de malheurs, ou des groupes religieux divers, voire ésotériques. L'auteur est assigné à résidence sur une petite île perdue de la Mer Égée. Les chrétiens sont mal vus et persécutés, c'est un temps de détresse. Ce livre se veut grand message d'espérance, regard confiant dans l'avenir de tout le cosmos appelé à culminer et à s'accomplir, un jour, en un Christ triomphant de tout, sommet de tout.

 

Aujourd'hui, que dit l'extrait proposé ? L'auteur se présente comme un disciple de Jésus, partageant avec ses lecteurs la détresse, la royauté et la persévérance en Jésus. Dans une vision mystique, il a entendu une voix forte l'invitant à écrire à un certain nombre d’Églises d'Asie Mineure (sept, chiffre symbolique signifiant "beaucoup", donc nous aussi). Cela se passe le Jour du Seigneur, le jour qui rend présent le Jour de Pâques, le jour de la victoire du Christ sur la mort et le péché.

 

La voix vient d'un être qui semble un Fils d'homme. Sa description renvoie à des images de l'Ancien Testament, au livre de Daniel, décrivant le Messie à venir. Ce personnage mystérieux se présente comme étant le Premier et le Dernier, le Vivant. C'est bien évidement le Christ Ressuscité du matin de Pâques.

 

Ne crains pas, cette expression se retrouve des quantités de fois dans la bible : elle s'adresse à moi sur tous mes chemins de détresse... Et ce Fils d'Homme, Jésus Christ, déclare : Je suis le Premier et le Dernier, le Vivant. "Je Suis", c'est le nom de Dieu révélé à Moïse sur le Sinaï. Je Suis est le Ressuscité du soleil levant de Pâques. Jean est invité, en début du texte et à la fin, à écrire ce que tu as vu, ce qui est, ce qui va ensuite advenir, à ne pas le garder pour lui. Comme les apôtres de l’Évangile de ce jour : De même que le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie.

 

Jean révèle Jésus dans son langage à lui... Et moi, comment vais-je le révéler ? Quel est mon langage ? Comment va-t-on le décrypter ? Seigneur Jésus, par ton Esprit, dévoile-toi, dans ma façon de vivre, de parler, d'être, en tout. Que je sois une "apocalypse" vraie de Jésus-Christ !

Paul C.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article