Paroisse Colomiers

Ap 5, 11-14 L'Agneau Immolé

Lecture Priante de la 2ème lecture du 3ème dimanche de Pâques (année C)
(Lectio Divina)
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur :
comprendre ce texte, ce qu'il me dit, le prier, vivre dans sa grâce.

_________________________________________________________________

Apocalypse de Saint Jean (5,11-14)

Moi, Jean, j’ai vu : et j’entendis la voix d’une multitude d’anges qui entouraient le Trône, les Vivants et les Anciens ; ils étaient des myriades de myriades, par milliers de milliers. Ils disaient d’une voix forte : "Il est digne, l’Agneau immolé, de recevoir puissance et richesse, sagesse et force, honneur, gloire et louange." Toute créature dans le ciel et sur la terre, sous la terre et sur la mer, et tous les êtres qui s’y trouvent, je les entendis proclamer : "À celui qui siège sur le Trône, et à l’Agneau, la louange et l’honneur, la gloire et la souveraineté pour les siècles des siècles." Et les quatre Vivants disaient : "Amen !" ; et les Anciens, se jetant devant le Trône, se prosternèrent.
_________________________________________________________________
 

"Apocalypse-Révélation de Jésus-Christ" : je me réfère à la chronique de dimanche dernier pour entrer en vérité dans le langage "apocalyptique", dans sa compréhension et la prière. Pour ce 3ème dimanche de Pâques, toute une imagerie pour évoquer la liturgie céleste, le culte d'adoration et d'action de grâces envers Dieu, dont Jean nous annonce l'avenir : j'ai vu et j'entendis. Le chapitre précédent évoquait le culte, dans l'au-delà, envers Dieu sur son Trône de créateur. Le chapitre 5, ici cité, nous plonge dans la célébration de Dieu comme sauveur en Jésus-Christ.

 

Une multitude d'anges, les Vivants et les Anciens, et même toute créature, c'est toute l'œuvre de Dieu qui est rassemblée. Tous les regards, toutes les voix "applaudissent" Dieu et acclament le Christ Glorieux sur le Trône, le Trône même de Dieu créateur. Ce Christ ressuscité et remonté vers le Père, c'est l'Agneau Immolé. La gloire du Christ, sa puissance, c'est celle d'un agneau sacrifié à l'abattoir. Ce n'est pas grand-chose à vue courte et humaine. Mais c'est l'Agneau du prophète Isaïe, le Serviteur souffrant pour le salut de son peuple : Maltraité, il s'humiliait, il n'ouvrait pas la bouche, comme l'agneau qui se laisse mener à l'abattoir, comme devant les tondeurs une brebis muette, il n'ouvrait pas la bouche (Isaïe.53,7). C'est aussi l'Agneau Pascal de la sortie d’Égypte dont le sang marquait les demeures des hébreux les protégeant et les sauvant. (Exode 12,3s.). C'est le Christ suspendu au bois du supplice, comme sur un Trône, dont parle Pierre à ses juges (1ère lecture).

 

Ma prière ? Je peux faire mienne la prière des personnages de la vision de Jean. Je suis aussi invité à une plus grande attention aux prières suivantes de la messe : les préfaces du temps de Pâques : Vraiment il est juste et bon de te glorifier, Seigneur, en tout temps, mais plus encore en ces jours où le Christ notre Pâque, a été immolé ; attention priante aux trois Agneau de Dieu, qui enlèves le péché du monde... ; avant la communion, attention à Voici l'Agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde... ; attention aux Amen de la liturgie, expression de ma foi, de ma confiance, de mon approbation, de ma place dans la louange éternelle envers l'Agneau de Dieu. Une méditation aussi devant le célèbre tableau de l'Agneau Mystique : me voir et m'entendre dans la foule, c'est l’Église du ciel et de la terre...

 

Paul C.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article