Bonne fête de l'Assomption !

Publié le par Père Jean-Christophe Cabanis

Cet évangile de la Visitation de Marie à Elisabeth a été retenu pour la fête de l’Assomption car certainement que cette belle scène nous parle déjà du ciel. Il y a beaucoup de joie et au ciel, dans le Royaume de Dieu, il n’y aura que de la joie, plus de souffrance. C’est la joie de Marie et Elisabeth qui sont heureuses d’attendre deux enfants pleins de promesses. L’un est le Fils du Très-Haut et l’autre est son prophète. Elles sont heureuses d’avoir été choisies pour être les servantes du Seigneur. Leur joie leur est communiquée par leurs enfants qui, dans leur ventre, tressaillent d’allégresse. Marie et Elisabeth se rencontrent, se visitent, et cela nous parle aussi du ciel et du Royaume. Toutes les rencontres qui sont faites sous le signe de la gratuité, de l’amitié, du partage, de l’amour, c’est cela qui demeure pour l’éternité. Marie dans cet évangile proclame le Magnificat dans sa joie. Elle qui n’est jamais bavarde, elle lance ce bel hymne qui est comme le programme de Jésus qui vient complètement bouleverser l’ordre établi. Il vient mettre les plus humbles au premier plan, nourrir les affamés et rabaisser les puissants. Marie est la mère de Jésus, elle sera aussi sa disciple. Et elle est la mère de l’Eglise parce qu’élevée auprès de son Fils pour veiller sur son Eglise. Pour nous aider à être toujours reliés à Jésus, à la source d’amour, tout en étant tournés vers le monde. Marie, de là où elle est, nous communique sa joie d’être la servante du Seigneur et nous invite à accueillir aussi Jésus en nous. Elle nous invite encore à vivre des rencontres en vérité. A partir de ce que nous portons en nous, notre foi, notre joie de croire, à aller vers ceux qui sont aussi porteurs de vérité. Le prieur des frères de Thibirine, en Algérie, Christian de Chergé, s’appuyait beaucoup sur cet évangile de la Visitation pour parler du dialogue interreligieux qu’il établissait de façon quotidienne avec les musulmans. Lui était porteur du Christ, comme Marie, pas toujours dévoilé, et les musulmans sincères étaient aussi porteurs d’un message de Dieu à partager. Lui qui est mort martyr, il savait qu’il retrouverait au ciel tous les chercheurs de Dieu en vérité.

Marie nous invite à accueillir Jésus en nous pour être nous aussi des artisans de son programme du Magnificat. Des artisans de justice dans le monde d’aujourd’hui. Participer à la promotion des plus humbles, vivre le partage et ne pas se montrer toujours du côté des plus forts. Le Magnificat invite à l’engagement, à militer pour un monde juste, fraternel, où les richesses soient bien réparties, où la dignité de chacun soit respectée. Marie, au côté de son Fils, nous aide à avoir une foi active. A transformer notre monde en Royaume d’amour. Que cette fête de l’Assomption nous élève, nous fasse prendre de la hauteur sur notre quotidien, nous aide à faire les meilleurs choix : Celui de la foi, du partage, de la rencontre et du dialogue avec celui ou celle qui est différent de moi. Que nous sachions communiquer à notre monde d’aujourd’hui qui n’y voit pas toujours très clair notre joie de croire en un Dieu qui nous aime pour la vie éternelle. 

Père Jean-Christophe Cabanis, cette image est en place le 16 août, à 12h

 

Publié dans Mots du curé, Dimanche

Commenter cet article