Paroisse Colomiers

Paradoxes et prophétisme - Bonne année 2020 à tous, à toutes les familles.

Les paradoxes sont-ils exacerbés dans notre siècle ? Ils sont nombreux dans le domaine de la bioéthique et des questions de société.

L’espérance de vie augmente, ce que l’on peut considérer comme un progrès. Cela pose la question du financement de cette vie plus longue, et donc une réforme des retraites s’impose. Ou plutôt elle a du mal à s’imposer, et nous pensons à toutes ces personnes qui se mobilisent depuis un mois pour manifester, et à toutes les victimes des grèves, en particulier dans les transports. Nous voulons bien vivre plus longtemps ainsi que les personnes que nous aimons, et il faut bien cotiser plus pour cela, mais la question ne semble pas vouloir être entendue de cette façon.

Il y a aussi le paradoxe des personnes passionnées par le transhumanisme, qui permettrait à nos cellules d’être renouvelées bien plus longtemps, et de différer alors le moment de la mort. Et parfois ces mêmes personnes voudraient légitimer la fin de vie provoquée de façon médicale.

En début de vie, la contraception est passée dans les mœurs. Et l’avortement est bien souvent banalisé alors qu’il provoque de grandes et durables souffrances chez celles qui le vivent. Et pourtant, le sujet débattu en ce moment est celui autour de la procréation médicalement assistée, et celui de la gestation pour autrui. Le constat simpliste est : celles et ceux qui veulent un enfant ne peuvent pas en avoir et beaucoup de celles et ceux qui peuvent en avoir n’en veulent pas.

Les pays où les enfants naissent nombreux, sont ceux où l’émigration est forte. Et les pays de faible natalité sont ceux où l’immigration frappe à la porte. La porte s’ouvre lorsque l’immigration est choisie (personnes diplômées), mais elle s’entrouvre seulement pour les autres personnes.

Les migrations sont économiques, politiques, ou dues au réchauffement climatique. Celui-ci inquiète tout le monde. Des efforts sont faits pour changer nos manières de consommer, en particulier pour moins utiliser les matières plastiques et pour se déplacer autrement. Pourtant, nous utilisons toujours plus notre téléphone ou internet dont les dégâts qu’ils provoquent sur l’environnement sont avérés. Des jeunes descendent dans la rue pour défendre la planète, en particulier à la suite de Greta Thunberg, enfant de 16 ans, entraînant des adultes dans leurs manifestations. Nouveau paradoxe ?

Dans les rues des capitales du monde, pour que le pouvoir soit partagé, qu’il y ait plus de justice et de liberté, beaucoup se mobilisent depuis des mois à Hong-Kong, Alger, Khartoum, Santiago, Port-au-Prince, Bassora… Ne les oublions pas non plus ni leurs combats en ce temps de Noël.

"Consolez, consolez mon peuple" annonce le prophète Isaïe. "Que lui crierai-je ?...  L’herbe se dessèche, la fleur se fane, mais la parole de Dieu subsiste à jamais... Monte sur une haute montagne… élève la voix, ne crains pas, dis aux villes de Juda : "Voici votre Dieu"… tel un berger il fait paître son troupeau" (Is 40, 1…11)

Que l’accueil de Jésus Sauveur dans nos vies renforce notre rôle de prophètes. L’avenir appartient au Seigneur qui compte sur nous pour étendre son Royaume de paix et de fraternité et pour l’annoncer : "Voici votre Dieu".

Bonne année 2020 à tous, à toutes les familles.                                         

J-Christophe Cabanis, l'éditorial de l'Espace85 janvier 2020    

Espace 85, janvier 2020

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article