Paroisse Colomiers

Intérêt général, bien commun et Royaume des Cieux

L’intérêt général dont on parle en politique est important. Il s’agit que tous les administrés ou les citoyens aient accès au travail, au logement, à l’eau, à l’électricité, aux soins, qu’ils aient une bonne voirie et des transports en commun, que les enfants puissent être scolarisés, que l’environnement soit respecté ainsi que la propreté, la sécurité,… L’intérêt général est défendu par les citoyens et les élus, et les élections municipales qui approchent font voir des arguments différents pour défendre l’intérêt général de la meilleure façon, c’est-à-dire de façon égalitaire, libre et juste. C’est un grand programme !

Note foi nous oriente vers le bien commun. Il y a d’abord cette connotation positive du « bien » qui rappelle la bénédiction du Créateur de qui vient tout bien. Tout ce qu’il a créé est bon. Et le mot « commun » nous rappelle que nous sommes tous à égalité comme créatures, mais surtout comme enfants du même Père. Dans la notion de bien commun, il y a la fraternité.

Le bien commun nous est confié, et c’est toute la Création dont nous devons prendre soin au lieu de vouloir nous l’accaparer. Le bien commun, c’est aussi la vie fraternelle et la vie spirituelle, les valeurs de la famille, de l’éducation, de la solidarité, de la foi. Ces valeurs sont à recevoir, à enrichir et à transmettre.

Jésus avait un autre vocabulaire, il parlait du Royaume des Cieux, avec tout le mystère que cela comporte. Jésus ne décrivait pas ce Royaume, il en donnait des images : « Le Royaume des Cieux est comme… » Il donnait par exemple l’image de la petite graine qui devient un grand arbre pour abriter les oiseaux du ciel. Le Royaume est dynamique, il est en croissance. De même, le bien commun est un héritage toujours à valoriser. Pas pour qu’il y ait plus d’intérêt comptable, mais pour qu’il y ait plus de justice et de partage de ce bien.

Jésus est le roi de ce Royaume dont il nous partage la royauté. Nous sommes les rois et les reines de ce Royaume, appelés à être au service de ce monde, pour que chacun puisse vivre dans la dignité des enfants de Dieu.

David est une belle figure de roi. Il était l’ami du Seigneur et aimait chanter et danser pour lui, et lui composer de beaux psaumes. Il avait le souci de tous ceux de son royaume, le royaume d’Israël, en particulier des plus faibles. Il prenait soin d’eux, ne gardait pas la richesse pour lui. Il avait des ennemis, le premier roi Saül, et même parmi ses fils, et il les aimait pourtant. David était lui-même un pécheur qui savait demander pardon. Il peut nous inspirer pour bien vivre notre dignité royale.

Le Carême approche avec toutes les démarches de conversion qu’il permet. Il encourage le partage, la sobriété heureuse, et bien sûr la prière. Vivons ce temps comme un temps offert pour l’avancée du Royaume, pour que fructifie le bien commun.

J-Christophe Cabanis, édito de l'ESPACE 85, février 2020

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article