Paroisse Colomiers

Une Eglise ouverte sur le monde

(L'Edito de l'Espace85, Octobre 2018)

En ce début d’année scolaire, les mouvements d’Eglise, dont beaucoup sont représentés dans la paroisse, ont des thèmes ou slogans qui nous interpellent ou nous appellent.

"Nos différences tissent des solidarités" (Action Catholique Ouvrière). "Le temps : liberté ou esclavage ?" (Action Catholique des milieux Indépendants). "La dignité de l’homme dans l’entreprise" (Entrepreneurs et Dirigeants Chrétiens). "Réenchanter le travail pour quelle société ?" (Mouvement Chrétiens des Cadres et dirigeants). "Vivre en famille" (Mouvement Chrétien des Retraités). "Ouvrons nos cœurs" (Secours Catholique). "Réconciliation signe d’amour" (Equipes Notre Dame). "Comprendre le partenariat" (CCFD-Terre Solidaire). "Ravive en toi le don de Dieu" (famille du Prado). "S’engager pour l’écologie" (Scouts et Guides de France).

Tous ces thèmes ou thématiques sont tournés vers le monde (travail, famille, société, quartiers, planète…). Voilà la raison d’être de l’Eglise : être au service du monde, et surtout de ses habitants, la famille humaine. Les mouvements qui existent dans la paroisse sont ouverts à tous ceux qui veulent vivre l’aventure de la foi à plusieurs, à partir de réflexion, de partage, de prière, d’action. Des mouvements qui n’existent pas pourraient naître aussi à travers des équipes nouvelles. Il y a aussi tous les services dans l’Eglise, qui n’ont pas toujours de thème d’année mais effectuent un service humble et constant auprès des enfants (éveil à la foi, catéchèse et aumônerie), des malades, des familles en deuil, des fiancés, jeunes parents, des adultes demandant un sacrement (catéchuménat), des migrants, de la liturgie, de l’accueil (permanences), de l’approfondissement biblique et de la prière. Tous ces services sont aussi ouverts à ceux et celles qui veulent les rejoindre. Chacun apporte le meilleur de ce qu’il est.

Si ces services et mouvements sont bien vécus, tournés vers le monde en passant par le Christ, comment notre Eglise pourrait-elle être cléricale ? Notre pape François a dénoncé ce mal en analysant le fléau que représentent tous les abus qui sont révélés en ce moment dans l’Eglise à travers le monde. Comment nous, les clercs, pouvons-nous dériver vers ces fléaux si nous sommes porteurs ou accompagnateurs de tous ces projets de l’Eglise ? Et surtout si nous sommes attachés au Christ à la mesure de l’appel qu’il nous a fait depuis le premier jour et pour lequel il nous nourrit tous les jours de son amour.

Bon automne à tous, la saison rousse et douce.

 

J-Christophe Cabanis

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article