Paroisse Colomiers

Dessine-moi un mouton

C’est la demande tout à fait inattendue du Petit Prince de Saint-Exupéry lorsqu’il rencontre le pilote échoué dans le désert après un accident d’avion. La demande est bien appuyée, il ne s’agit pas de dessiner un mouton très malade ou trop vieux, mais tel qu’imaginé dans les rêves de l’enfant. Finalement, le mouton qui dort dans la caisse et qu’on regarde par un petit trou fera bien l’affaire. Le pilote mettra du temps à s’ajuster à la demande du Petit Prince, mais finalement, il sera prêt à écouter son récit qui le rejoint lui-même dans sa vie comme il nous rejoint dans la nôtre. Savoir aimer la rose, éviter les écueils qui sont dans les planètes habitées par des solitaires qui ne peuvent pas sortir de leurs mauvaises habitudes. Savoir apprivoiser l’autre et se laisser apprivoiser. Les enfants n’ont-ils pas ce rôle à tenir de réveiller l’enfant qui est en nous avec toute son innocence et ses promesses d’avenir ? Non, ce n’est pas un rôle, ils ont à vivre leur vie d’enfant si les adultes le leur permettent, et à continuer à poser les bonnes questions et à apporter leurs réponses.

En ce début d’année scolaire, même si nous n’avons pas relu le Petit Prince durant l’été, demandons-nous si nous aimons bien, si nous savons bien nous apprivoiser les uns les autres, si nous ne nous leurrons pas, comme l’allumeur de réverbères qui ne fait pas autre chose de ses journées, et surtout si nous sommes prêts à aller ensemble, doucement, vers la fontaine de l’eau vive.

Les enfants, nous les accueillons par le baptême avec leurs parents, par l’éveil à la foi, le catéchisme, l’aumônerie, le scoutisme… Nous nous efforçons de leur transmettre le meilleur de notre foi. Mais est-ce que nous écoutons vraiment leurs demandes, eux qui sont si vrais, eux qui sont les premiers dans le Royaume ? Eux qui nous rappellent que nous avons tous une âme d’enfant, parfois un peu trop enfouie.

"Dessine-moi un mouton" nous demandent-ils. Mais le mouton n’est-ce pas eux, n’est-ce pas nous ? Et si nous dessinions un troupeau avec un berger qui le mène vers des frais pâturages ? Et si l’Eglise que nous formons, nous demandions aux enfants si l’esquisse est bonne ou s’il faut la redessiner ?

Jésus s’est fait lui-même enfant en venant sur terre. A Nazareth, il a peut-être demandé à Joseph : "dessine-moi une maison". Il nous demande à chacun de dessiner nos rêves. Et il nous donne des conseils pour les réaliser. N’oublions pas après de les lui offrir puisqu’il en fait la demande.

Pour la rentrée, les services paroissiaux ont besoin d’être renforcés. Pas pour faire tourner la paroisse, elle pourrait tourner en rond, mais pour la faire avancer. Pour la faire s’élever. Pour la faire s’ouvrir au vent du large. Pour qu’elle puisse accueillir largement les enfants de Dieu qui sont parfois perdus dans les sables de notre monde où on peut s’échouer. Pour qu’elle désigne l’Agneau de Dieu qui est dessiné dans nos cœurs.

J-Christophe Cabanis - Edito de l'Espace Septembre 2019

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article