Paroisse Colomiers

Samedi 18 Janvier à l’Oustal (Plaisance du Touch). Matinée en doyenné avec Jérôme Gué, jésuite, sur la conversion écologique

Malgré l’horaire matinal nous étions près de quatre-vingt personnes le samedi 18 janvier, à nous réunir en doyenné, dans le cadre de notre démarche église verte, pour parler spiritualité chrétienne et conversion écologique.

Pour nous aider Jérôme Gué, jésuite toulousain, président du Ceras (revue Projet ) nous a fait un très bel exposé suivi d’ateliers en petits groupes.

Après avoir rappelé le constat des dérèglements écologiques devenus pour certains globaux et irréversibles, Jérôme Gué a analysé les résistances à la conversion tant personnelles que collectives, au risque de voir survenir un conflit de générations sur ce sujet.

L’encyclique Laudato Si’ va chercher en profondeur dans la racine humaine les causes de la crise écologique, que ce soit notre tendance à toujours accélérer ou notre récente conception erronée de la nature, considérée comme un objet qui nous est extérieur, alors que nous en faisons partie. D’où, notre mode de vie de consommation, où, mis à part nos moyens financiers, il n’y aurait pas de limite.

La foi chrétienne nous appelle à un autre rapport avec la création, rapport de fraternité comme l’a vécu St François d’Assise. Pour lui, ce n’était pas une simple vue intellectuelle, cela s’enracinait dans une expérience affective et esthétique très profonde (relire le Cantique des Créatures).

Aussi face à cette crise, plus nous serons confiants dans l’amour de Dieu pour l’humanité, pour chacun de nous, moins nous aurons peur de regarder en face les enjeux.

Le pape nous invite à changer notre style de vie, à entamer une démarche positive basée non pas sur la mauvaise conscience, mais comme actes d’amour LS 211.

Il y a « urgence à avancer dans une révolution culturelle courageuse », en acceptant d’écouter ceux qui penser autrement, à changer notre référentiel, risquer notre statut.

Nous sommes appelés à une sobriété heureuse. Mais cela demande un travail personnel et communautaire dans la durée. Laissons-nous entraîner par ceux qui avancent.

La conversion personnelle, pratique et spirituelle, donne alors une cohérence et une force à la nécessité aussi d’un engagement collectif pour changer la société.

Anne (église verte de Tournefeulle)

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article