Paroisse Colomiers

L'autre crèche

(Edito Espace 85, Janvier 2019) Il y a la belle crèche de l’église Ste Radegonde, visitée en journée parce que l’église est ouverte, et permettant de se recueillir grâce au beau travail de l’équipe qui l’a réalisée, qui y a mis beaucoup de goût et d’ardeur. Cette année, elle est aux couleurs du désert et ses personnages évoquent les migrants d’aujourd’hui.

L’autre crèche est celle de la chapelle Ste Bernadette, moins visitée et moins visible par les paroissiens. Elle est, pourtant elle aussi, porteuse de beaucoup de sens.

Les santons appartiennent à la paroisse depuis longtemps. Le sapin qui abrite la crèche est offert par les scouts qui sont allés le chercher dans la forêt de la Montagne Noire. Ce sapin est illuminé d’étoiles en papier où les enfants du catéchisme ont écrit leur nom et un service qu’ils s’engagent à rendre. Aussi, ce sapin est-il rempli d’aiguilles qui ne piquent pas mais qui ont la douceur du service rendu par des enfants. Et puis, le chemin qui mène à la crèche, par lequel vont arriver les mages, est une enfilade de boules de bois reliés par une chaine, qui forment en fait un rosaire : 200 boules, soit 4 fois 50 (on égrène 50 billes ou boules pour méditer les 5 mystères d’un chapelet, 4 chapelets formant un rosaire). Et ce chapelet a été fabriqué au Rwanda par des prisonniers au fond de leur geôle. Ils ont utilisé le bois de récupération qu’ils ont trouvé ainsi que le métal pour constituer une chaîne. Ce rosaire m’a été rapporté par un ami rwandais avec beaucoup d’émotion parce qu’il sait que la fabrication de ce rosaire a beaucoup de sens. Au Rwanda, depuis le drame qui s’est passé en 1994 et les centaines de milliers de victimes, des prisonniers croupissent dans des prisons dans des conditions très éprouvantes. Certains sont coupables, d’autres sont innocents. Beaucoup ont la foi et croient en Dieu qui ne les oublie pas.

En contemplant la crèche, nous pouvons prier pour ces prisonniers qui ne voient pas beaucoup de lumière dans leur vie. Jésus est venu avant tout pour eux, pour les éclairer de son amour. Il y a encore dans cette crèche la lumière de Bethléem, lumière de la paix à partager, rapportée aussi par les scouts et guides qui l’ont diffusée au cours de la dernière messe. Et enfin une icône représentant les 19 martyrs d’Algérie, béatifiés à Oran le 8 Décembre. Et il y a encore de la place.

A nous d’emprunter ce chemin qui nous mène à la crèche, à la suite des bergers et des mages, ce chemin du rosaire sur lequel les prisonniers nous aident à méditer avec Marie les mystères joyeux, douloureux, glorieux, lumineux de la vie. A nous d’être les santons vivants d’une crèche vivante où nous accueillons Dieu qui vient partager notre condition, en particulier celle des plus pauvres. Et demandons-nous aujourd’hui, comme nous y invitent les chrétiens de la Mission Ouvière : où crèches-tu Jésus ?

Père Jean-Christophe Cabanis

Crèche à Ste-Bernadette, 2018

Crèche à Ste-Radegonde pendant le temps de l'Avent

Lumière Bethléem 2018

Icône des 19 martyrs en Algérie (bienheureux)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article