Paroisse Colomiers

Paris brûle-t-il ?

Ce titre est celui du livre de D. Lapierre et L. Collins, adapté au cinéma, relatant la libération de Paris en 1944 et la menace qu’Hitler avait faite de faire brûler Paris.

Ce Lundi Saint, Paris n’a pas brûlé mais sa cathédrale Notre-Dame a beaucoup souffert. L’incendie de sa toiture et de sa charpente a ému le monde entier. Cette charpente avait 800 ans ! Chef d’œuvre du génie humain allié à une forêt très généreuse et un fleuve non moins précieux pour acheminer les troncs entiers. La voute et les tours ont été préservées heureusement, et tout le monde est tourné maintenant vers la reconstruction.

A la veillée pascale, nous avons allumé et béni le feu qui symbolise le Christ lumière, ressuscité, et nous nous sommes transmis cette flamme à partir du cierge pascal. Et les nouveaux baptisés ont pu recevoir aussi cette lumière symbolisant leur foi nouvelle.

"Notre cœur n’était-il pas brûlant ?" se disent les compagnons d’Emmaüs lorsqu’ils ont été rejoints en chemin par Jésus ressuscité qu’ils ont reconnu lorsqu’il a partagé le pain. Notre cœur n’était-il pas brûlant lorsque nous avons partagé ensemble cette belle célébration de Pâques ? Notre cœur n’est-il pas brûlant de croire que Dieu nous rejoint sur nos chemins et aussi dans nos égarements ?

Les drames humains sont toujours là, et les armes à feu détruisent la vie, comme dans les églises du Sri Lanka le jour de Pâques. Le travail de réparation, de pardon, de justice, est toujours à reprendre.

Le Christ ressuscité promet un feu puissant, réparateur, consolateur : l’Esprit Saint qui viendra sur les apôtres comme des flammes de feu à la Pentecôte, qui vient en nous pour nous enflammer de son amour et pour nous mettre en dialogue avec toutes les langues de la terre.

Notre pape a voulu consulter, lors d’un synode, les jeunes qui sont non pas le futur, mais le présent de l’Eglise. L’Eglise a besoin d’eux pour ne pas se refroidir. Pour être jeune sans faire du jeunisme. Pour brûler sans détruire. L’Eglise doit être un foyer pour et avec les jeunes, qu’ils puissent y exprimer leur désir de Dieu, développer leurs capacités pour apporter quelque chose au monde par leur art, leur sens de la nature, leur profond désir d’une vie différente.

Sachons faire confiance aux jeunes pour raviver nos foyers familiaux, encourager les nouveaux foyers, participer à une Eglise qui réchauffe le monde sans l’éblouir, dont la charpente est faite avec le bois de la croix de Jésus, bois de compassion et d’amour infini.

Bon temps pascal à tous

J-Christophe Cabanis - Edito de l'Espace85, mai 2019

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article