Ga 4, 4-7 Dieu a envoyé son Fils, né d'une femme

Publié le par Paul C.

Lecture Priante de la 2ème lecture du 1er janvier 2017
Sainte Marie, Mère de Dieu
Lectio Divina
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur :
comprendre ce texte, ce qu'il me dit, le prier, vivre dans sa grâce
 
___________________________________________
Lettre de saint Paul apôtre aux Galates, (4,4-7)
Frères, lorsqu’est venue la plénitude des temps, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme et soumis à la loi de Moïse, afin de racheter ceux qui étaient soumis à la Loi et pour que nous soyons adoptés comme fils. Et voici la preuve que vous êtes des fils : Dieu a envoyé l’Esprit de son Fils dans nos cœurs, et cet Esprit crie Abba !, c’est-à-dire : Père ! Ainsi tu n’es plus esclave, mais fils, et puisque tu es fils, tu es aussi héritier : c’est l’œuvre de Dieu.
___________________________________________
 
Deux contextes pour comprendre et prier cet extrait : sa place dans la lettre de Paul et sa place dans la liturgie de cette fête de Sainte Marie Mère de Dieu, fête placée le 1er janvier aprèsle concile Vatican II.
- Paul se situe dans le droit juridique grec de son temps : un enfant n'est vraiment adulte libre et indépendant que lorsque son père l'a déclaré comme tel et au moment qu'il a voulu ; avant, il est comme un esclave. La plénitude des temps, c'est dans le langage de l'apôtre le temps du Messie attendu, un temps qui est une marche en avant vers toujours plus d'accomplissement, jusqu'à la plénitude finale. C'est le temps, dit-il, de notre "adoption" comme fils. Cette adoption est mieux qu'un acte juridique, c'est un acte vital, c'est comme un "accouchement", une naissance : nous sommes devenus des fils dans le Fils. Nous sommes libérés, rachetés. Libérés de la Loi, des prescriptions juives, et libérés des coutumes familiales grecques. Nous sommes des enfants de Dieu adultes dans son Fils Jésus.
- Son Fils, né d'une femme. L'expression, dans la bible, veut tout simplement dire "né humain". Mais la méditation chrétienne y a vu aussi une allusion à la Vierge Marie et c'est la raison du choix de ce texte pour une fête de la Vierge Marie. Marie, une femme juive, donne naissance à un enfant juif, Jésus, pour le monde entier. A l'Annonciation, l'ange dit à Marie : L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. (Luc 1,35). Marie fut habitée par l'Esprit du Père, Esprit de son enfant. Marie mère de Jésus homme. Et Marie Mère de Dieu, ce beau titre reconnu par le concile d'Ephèse en 431. Théotokos en grec, littéralement "qui a enfanté Dieu". Marie a enfanté Dieu dans sa condition d'homme.
- La preuve de notre adoption en Jésus : l'Esprit de son Fils dans nos cœurs, l'Esprit Saint. L'Esprit nous fait donner à Dieu le nom de père, Abba. Un nom araméen qui exprime une grande affection filiale, comme serait un peu le mot "papa". (Paul n'utilise le mot Abba que deux fois et l'évangile une seule fois).
- Le grand enseignement de Jésus : Dieu est un Père rempli de pardon, de tendresse, de miséricorde. Il nous "adopte" comme ses enfants en Jésus. Alors ma prière ? Redire le Notre Père lentement, en savourant tous les mots... Redire le Je vous salue Marie pareillement, Sainte Marie, Mère de Dieu...
Parler de Jésus à Marie, notre mère et Mère de Dieu...
À celle qui est Marie.
Parce qu'elle est pleine de grâce.
À celle qui est pleine de grâce.
Parce qu'elle est avec nous.
À celle qui est avec nous.
Parce que le Seigneur est avec elle.
Charles Péguy, extraits de "Le Porche du Mystère de la Deuxième Vertu".

J-F Kieffer, Mille Images d'Evangile, Presses d'Ile de France, p31
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article