Paroisse Colomiers

Ga 5, 16-25 Chair et Esprit, un combat

Lecture Priante de la 2ème lecture du dimanche de la Pentecôte année B.
(Lectio Divina)
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur :
comprendre ce texte, ce qu'il me dit, le prier, vivre dans sa grâce.
_____________________________________________________
Lettre de Paul apôtre aux Galates (5,16-25)

Frères, je vous le dis : marchez sous la conduite de l'Esprit Saint, et vous ne risquerez pas de satisfaire les convoitises de la chair. Car les tendances de la chair s'opposent à l'Esprit, et les tendances de l'Esprit s'opposent à la chair. En effet, il y a là un affrontement qui vous empêche de faire tout ce que vous voudriez. Mais si vous vous laissez conduire par l'Esprit, vous n'êtes pas soumis à la Loi. On sait bien à quelles actions mène la chair : inconduite, impureté, débauche, idolâtrie, sorcellerie, haines, rivalité, jalousie, emportements, intrigues, divisions, sectarisme, envie, beuveries, orgies et autres choses du même genre. Je vous préviens, comme je l'ai déjà fait : ceux qui commettent de telles actions ne recevront pas en héritage le royaume de Dieu.
Mais voici le fruit de l'Esprit : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi. En ces domaines, la Loi n’intervient pas. Ceux qui sont au Christ Jésus ont crucifié en eux la chair, avec ses passions et ses convoitises. Puisque l'Esprit nous fait vivre, marchons sous la conduite de l'Esprit.

_____________________________________________________

 

La même invitation encadre ce passage de la lettre de Paul aux chrétiens de Galatie : marcher sous la conduite de l'Esprit Saint. Une répétition littéraire qui a pour but d'alerter le lecteur sur une affirmation importante. La vie chrétienne est une conduite, une marche, qui a son GPS, sa boussole, son guidage, dans la personne de l'Esprit Saint. Mais ce guidage a un concurrent que Paul appelle la chair. Il parle même de tendances opposées, d'affrontement. La "chair", dans le langage de Paul, c'est la personne humaine, dans sa dignité certes, mais aussi dans sa fragilité, dans son péché. Paul énumère un catalogue impressionnant des risques de cette fragilité, probablement marqué par la situation des gens à qui il écrit. Je peux me reconnaître dans certains éléments de cette énumération, je peux aussi compléter la liste, et autres choses du même genre dans ma vie ! Je peux demander pardon, décider de quelque chose. Si j'ai comme guidage prioritaire mon moi humain, dans sa fragilité spirituelle, je risque de dévier du chemin, et même de rater le but du voyage, le Royaume de Dieu.

 

L'Esprit, c'est un autre orienteur. Paul y va d'un autre catalogue sur les fruits de ce guidage par l'Esprit Saint. Là aussi je peux m'interroger, identifier certains de ces fruits, en trouver d'autres qui sont en moi, remercier l'Esprit, lui demander une plus grande attention à ce qu'il me propose. Paul invite à se laisser conduire par l'Esprit, pour ne pas être soumis à la Loi. La Loi, dans le contexte de la lettre de Paul, c'est l'étape qui a conduit vers le temps de la venue de Jésus, c'est l'Ancienne Alliance, l'Ancien Testament, qui a eu sa nécessité pédagogique, avec ses exigences, ses commandements, ses règles de vie, ses rites comme la circoncision. Mais à présent, la seule ligne de conduite sûre, c'est l'Esprit Saint. Et c'est cet Esprit qui nous fera lire et prier les vieux textes de la Parole de Dieu, figures et lumières pour ceux du Nouveau Testament. Plus besoin de repérage sur seulement des commandements, avec le risque d'une pratique sans profondeur, par routine, par commodité : c'est plus facile d'obéir à un catalogue de lois sans réfléchir, que de s'imposer un discernement. Les lectures de l'apôtre Jean des dimanches précédents nous ont redit la seul loi qui compte, l'amour.

 

Que devient alors la "chair", ma personne humaine ? Ceux qui sont au Christ Jésus ont crucifié en eux la chair. Ma chair est attachée à la croix avec le Christ Jésus, crucifiée avec ses fragilités. Or la croix a conduit à la Résurrection, à la vie. L’Esprit de Pentecôte a la mission de délivrer ma personne de sa fragilité et de lui faire porter du fruit en Jésus Christ. Bien plus, l’Esprit arrache la chair à ce qui la détruit, la mort. Je lis dans l'Evangile du jour : L'esprit de vérité vous conduira dans la vérité toute entière, vers la vérité de ma chair, de ma personne. Dans le feu et le vent de la Pentecôte, les apôtres sont entrés dans la vérité de l'Evangile à proclamer à toutes langues.

Paul C.

 

http://ubdavid.org/francais/vie-nouvelle-3/graphics/12_je-choisis-boxers.png

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article