*La joie qui vient de Dieu - Guide pratique pour développer sa vie spirituelle

Publié par Paroisse de Colomiers

Voici l'extrait du

Guide pratique pour développer sa vie spirituelle - 36 conseils pour aller vers Dieu

Anne-Marie Aitken, Thierry Lamboley

  • Paru le : 27/02/2014                              prix : 8€
Ces 36 fiches pratiques, de quatre pages chacune, présentent dans un style direct et abordable soit des conseils tirés de saint Ignace de Loyola et de ses Exercices Spirituels, tels que "Entrer dans la prière", "Tenir dans l'adversité", "Se décider avec Dieu", "Un juste rapport à la nourriture"..., soit un éclairage sur la vie spirituelle en s'inspirant de grandes figures bibliques : Moïse, Esther, Ruth, Marie Madeleine, Thomas...
Les textes présentés dans ce guide sont accessibles à toute personne souhaitant approfondir sa foi et désireuse d'un accompagnement spirituel quotidien et concret. Au fil des pages se dévoile la joie de l'Evangile si chère au pape François, premier pape jésuite de l'histoire. (decitre.fr)

La joie qui vient de Dieu

C’est le propre de dieu de nous donner la joie, dit Saint Ignace dans son livret des Exercices spirituels (n]329). En effet, la joie, véritable allégresse ou consolation spirituelle, est un fruit de l’Esprit dans nos vies. En tout temps, il est bon d’apprendre à la repérer en nous, à découvrir ses harmoniques afin d’y consentir pleinement. C’est un exercice peut-être plus difficile qu’il n’y parait au premier abord.

La diversité des joies :

Il y a la joie d’un travail bien fait, il y a la joie de l’amitié et de l’amour, il y a les joies toutes simples de la vie ordinaire, la joie éprouvée après une grande tristesse ou un rude combat, la joie grave et la joie légère, les joies reçues dans la prière … Beaucoup de joies nous sont données par surprise sans que nous les cherchions. Elles voit et viennent en nos cœurs. Il y a des joies éphémères et des joies durables. Saint Ignace en a fait l’expérience alllors qu’il était cloué au lit à la suite d’une blessure à la jambe. Quand il rêvait d’être un grand chevalier, il était habité d’une grande joie, mais celle-ci s’éteignait rapidement et ne le laissait pas satisfait. Quand il rêvait de faire ce que les grands saints fait, la joie reçue faisait naître en lui la paix et le désir de servir Dieu durant un long temps. C’est ainsi qu’il a appris à reconnaître la joie qui vient de Dieu

« J’appelle consolation toute augmentation d’espérance, de foi et de charité, et toute allégresse intérieur qui appelle et attire aux choses célestes et au bien propre de l’âme, en la reposant et la pacifiant dans son Créateur et Seigneur » (Exercice spirituel, n°316)

La source de la joie :

Nous percevons bien que le sentiment de joie profonde qui nous habite à certains moments ne vient ni de la terre ni de nous. Il vient d’en haut comme une lumière qui nous inonde et irradie, comme une présence mystérieuse et fragile, comme une parcelle de résurrection à répandre autour de nous. Saint Paul le disait aux Galates : la joie est un fruit de l’Esprit reçu au baptême (cf Galates 5, 22). Dieu lui-même en est la source car il est joie. Et notre propre joie n’est qu’une participation à la joie de Dieu, à la joie du Christ ressuscité qui nous pousse à aimer, à espérer, à sortir de nous-mêmes pour aller à la rencontre des autres, à passer de la mort à la vie. Cette joie traverse les hauts et les bas de nos existences et même les abîmes dans lesquels nous sommes parfois plongés. Nul ne peut nous l’enlever. Elle est grâce.

« Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite » (Jean 15, 11)

Concrètement, comment procéder ??? ...

Publié dans Lire pour vous