Paroisse Colomiers

He 11, 8.11-12.17-19 Grâce à la foi, la famille …

Lecture Priante de la 2ème lecture de la fête de la Sainte Famille (année B)

Lectio Divina

Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur :

comprendre ce texte, ce qu'il me dit, le prier, vivre dans sa grâce

 

Lettre aux Hébreux (11, 8.11-12.17-19)
Grâce à la foi, Abraham obéit à l'appel de Dieu : il partit vers un pays qu’il devait recevoir en héritage, et il partit sans savoir où il allait.[...] Grâce à la foi, Sara, elle aussi, malgré son âge, fut rendue capable d'être à l’origine d’une descendance parce qu'elle pensait que Dieu serait fidèle à ses promesses. C'est pourquoi, d'un seul homme, déjà marqué par la mort, a pu naître une descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer, une multitude innombrable.[...] Grâce à la foi, quand il fut soumis à l'épreuve, Abraham offrit Isaac en sacrifice. Et il offrait le fils unique, alors qu'il avait reçu les promesses et entendu cette parole : C'est par Isaac qu’une descendance portera ton nom. Il pensait en effet que Dieu est capable même de ressusciter les morts : c'est pourquoi son fils lui fut rendu : il y a là une préfiguration.

 

C'est dans le cadre de la liturgie de ce dimanche de la Sainte Famille de Jésus-Marie-Joseph que je vais entrer dans la lecture priante de ce texte. Je repère tout de suite les 3 grâce à la foi (sans les coupes de la liturgie j'en trouverais davantage. Et le chapitre 11 en comporte beaucoup, qui énumère le parcours de foi d'Abraham et Sara, Isaac et Rebecca, Jacob avec Léa et Rachel, Joseph, Moïse, etc.). Et ce chapitre 11 débute en donnant sa conception de la foi : La foi est une façon de posséder ce que l’on espère, un moyen de connaître des réalités qu’on ne voit pas. (Hébreux 11,1).

 

Je lis aussi la première lecture du jour : la fécondité de la foi d'Abraham et de Sara son épouse bien-aimée, au milieu des épreuves de l'infécondité humaine. Et aussi lors de la demande du sacrifice d'Isaac qu'Abraham ne comprend pas très bien, mais dont il emprunte le chemin, avec la certitude qu'il y aura une issue de vie et non de mort (nous reviendrons, dit-il aux serviteurs, Dieu pourvoira, dit-il à Isaac qui ne voit pas d'animal à sacrifier). Je suis un bouclier pour toi, me dit Dieu, comme à Abraham. Je remarque également la fin de la lecture : il y a là une préfiguration. Les vies de ces personnages sont comme des paraboles de nos parcours de foi. Et, dans la liturgie de ce dimanche, de nos chemins de foi en famille dans la grâce de Noël.

 

Abraham et Sara et d'autres, attendaient la réalisation de la promesse de Dieu : une terre, une descendance, une famille. Et cela ne venait pas ! Alors, ils ont essayé une autre façon de faire, une descendance par procuration, pour Abraham par une esclave, Agar. Mais, ce n'était pas le chemin désiré dans ce cas par le Seigneur. Il a fallu entrer dans la patience de l'attente, dans la confiance en Dieu : la foi en Dieu donne par avance d'une certaine façon la jouissance de ce qu'on espère, de ce qu'on ne voit pas encore. Je vais me poser des questions sur mon parcours familial, sur ses étapes, sur les chemins détournés qu'il a connu, sur ses moments difficiles et sur ses joies, sur la façon dont j'ai remis ou pas remis tout cela entre les mains de Dieu. Et dans l'Evangile du jour je vois le vieux Syéon, et Anne veuve et apparemment sans enfant : ils attendent une autre famille promise par Dieu, une fécondité, la "consolation d'Israël", le temps du Messie promis, le temps qui va être celui de la famille-Eglise.

 

Je vais savourer les paroles de vie, de résurrection, contenues dans mon texte. Tout en y voyant des promesses de fécondité pour ma vie familiale de parent ou d'enfant, pour ma vie de célibataire, ma vie de consacré(e), pour ma vie en Eglise-Famille, pour la vie de toute la famille humaine… Ma famille est "sainte" par grâce de Dieu, un Dieu qui accompagne patiemment, un Dieu qui propose toujours une route, présent même dans les détours que je prends par moi-même ou que la vie m'impose… Dieu s'est toujours souvenu de son alliance chante le psaume de la messe de la Sainte Famille…

 

 

Paul C.

Merci à l'auteur de cette image

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article