He 12, 18-19.22-24a Montagne du Sinaï... Montagne de Sion

Publié le par Paul C.

Lecture Priante de la 2ème lecture du 22ème dimanche ordinaire année C
Lectio Divina
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur :
comprendre ce texte, ce qu'il me dit, le prier, vivre dans sa grâce
__________________________________________________
Lettre aux Hébreux (12,18-19.22-24a)
Frères, quand vous êtes venus vers Dieu, vous n’êtes pas venus vers une réalité palpable, embrasée par le feu, comme la montagne du Sinaï : pas d’obscurité, de ténèbres ni d’ouragan, pas de son de trompettes ni de paroles prononcées par cette voix que les fils d’Israël demandèrent à ne plus entendre. [...] Mais vous êtes venus vers la montagne de Sion et vers la ville du Dieu vivant, la Jérusalem céleste, vers des myriades d’anges en fête et vers l’assemblée des premiers-nés dont les noms sont inscrits dans les cieux. Vous êtes venus vers Dieu, le juge de tous, et vers les esprits des justes amenés à la perfection. Vous êtes venus vers Jésus, le médiateur d’une alliance nouvelle.
_________________________________________________
Un dernier extrait de la lettre aux Hébreux. Le chemin de Foi, sur lequel la lettre nous a invités à réfléchir et à prier, débouche, aujourd'hui sur le dernier horizon du voyage de la foi, et ce en deux temps, autour du symbole de deux montagnes, Sinaï et Sion.
- D'abord, vous n'êtes pas venus vers... la montagne du Sinaï. Vous, chrétiens, le Sinaï de Moïse, c'est du passé. La foi ne doit plus s'accrocher et se vivre uniquement dans les réalités tangibles figurées par les mots comme le feu, l'obscurité, l'ouragan, le bruit, etc. En clair, dans des commandements, des prescriptions sévères, assorties de menaces... C'est effrayant, lassant et desséchant, et l'auteur nous dit que les fils d'Israël demandèrent à ne plus entendre. Dans un petit passage du milieu de l'extrait non choisi par la liturgie, Moïse dit : Je suis effrayé et tremblant. Pensons aux reproches de Jésus aux scribes et aux pharisiens, très centrés sur la lettre de la Loi et peu sur son esprit... La montagne du Sinaï, c'est l'Ancienne Alliance, l'Ancien Testament. Une étape nécessaire, que l'on doit connaître, comprendre, méditer, prier, car elle figure, éclaire et prépare l'étape suivante.
- Vous êtes venus vers la montagne de Sion. Le repère du chemin de foi, c'est une autre montagne, Sion. C'est Jérusalem, c'est la "montagne" de Jésus, c'est le calvaire de sa mort et de sa résurrection. Jérusalem, c'est aussi l'Eglise. L'auteur voit encore plus loin, c'est également la Jérusalem céleste. C'est le Paradis, c'est le Royaume des Cieux... Dans un langage proche de celui du livre de l'Apocalypse, il évoque les "habitants" de cette Jérusalem Céleste : le Dieu vivant, les anges, les premiers-nés (on peut y voir les chrétiens nouvellement nés dans le baptême), les justes amenés à la perfection (on peut y reconnaitre tout être humain dont la vie a été bien "ajustée" aux valeurs d'une conscience constamment éclairée et réfléchie). C'est Jésus : Vous êtes venus vers Jésus. Et Jésus est dit médiateur d'une alliance nouvelle, c'est le temps du Nouveau Testament. Jésus, médiateur, pont, chemin. Saint Paul écrira même que Jésus est le seul médiateur entre Dieu et les hommes (1Timothée 2,5-7). Le repère nouveau, ce n'est plus seulement un catalogue de prescriptions, mais c'est avant tout une personne, Jésus. Une personne, c'est une vie, c'est quelqu'un avec qui faire alliance, se lier et vivre. Dieu puissant... resserre nos liens avec toi, pour développer ce qui est bon en nous (prière d'ouverture de ce dimanche).
- Jésus, médiateur de l'alliance nouvelle... Médiateur, dans ma prière et dans ma vie. Une plus grande attention à la formule qui clôt les oraisons de la messe et que je risque d'entendre machinalement : Dieu... par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur et notre Dieu, qui règne avec toi et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Tout par Jésus-Christ... Dire dans la journée ces simples mots : Jésus. Voir dans toute la bible, y compris l'Ancien Testament, la présence de Jésus... Esprit-Saint, viens nourrir de ton souffle ma prière.

Commenter cet article