Paroisse Colomiers

He 4, 12-13 La Parole de Dieu, une épée en moi

Lecture Priante de la 2ème lecture du 28ème dimanche ordinaire année B

(Lectio Divina)

Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur :

comprendre ce texte, ce qu'il me dit, le prier, vivre dans sa grâce.

 
Lettre aux Hébreux (4,12-13)
Elle est vivante, la parole de Dieu, énergique et plus coupante qu'une épée à deux tranchants ; elle va jusqu’au point de partage de l'âme et de l’esprit, des jointures et des moelles ; elle juge des intentions et des pensées du coeur. Pas une créature n'échappe à ses yeux, tout est nu devant elle, soumis à son regard ; nous aurons à lui rendre des comptes.
 

Dans la lettre aux Hébreux, ce passage vient après tout un développement sur Jésus Fils de Dieu, notre frère, nous conduisant vers la Gloire divine (relire le texte de dimanche dernier) et aussi Jésus Grand Prêtre d'une Alliance Nouvelle succédant à celle en Moïse. Tous ces développements sont appuyés dans la lettre sur de nombreuses citations de l'Ancien Testament, donc sur la Parole de Dieu. Dans la première lecture de la messe de ce dimanche, je note : J'ai supplié, et l'esprit de la Sagesse est venu en moi. L'Esprit de Sagesse, c'est l'Esprit de Dieu ! La Sagesse, c'est aussi la Parole de Dieu au cœur de chacun… Dans le psaume : Apprends-nous la vraie mesure de nos jours, que nos cœurs pénètrent la sagesse. Dans l'Evangile, Jésus renvoie son interlocuteur aux "commandements", donc à la Parole de Dieu dans la bible.

 

Je vais donc contempler la Parole de Dieu dans toute sa force (une épée tranchante de toute part, à deux tranchants), dans toute son énergie, dans sa puissance de pénétration en moi, dans mon plus profond, dans son universalité aussi, et dans le fait que je serai "jugé", c'est-à-dire jaugé, sondé, regardé, par Dieu, en fonction de la façon dont j'aurai vécu sa Parole. Or je sais que sa Parole, nous dit saint Jean au début de son évangile, c'est Jésus lui-même : Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu… Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. Le "Verbe"? Des bibles préfèrent dire la "Parole" qui exprime mieux le terme originel grec, le "Logos", terme grec que je retrouve dans la lecture de ce jour. Jésus est la Parole.

 

Je vais m'interroger sur la place en moi de la Parole, de Dieu-Parole en Jésus dans la Sagesse de l'Esprit-Saint. La Bible pour moi ? Un livre sur une étagère seulement, ou plus ? Mon attention quand j'entends les lectures de chaque dimanche, voire des messes de semaine si je peux ou de leur lecture dans "Prions en Eglise" ou dans "Magnificat" ou sur internet ? Mon attention dans l'écoute de l'homélie du célébrant ? Les prises de parole du pape et des évêques ?

 

Sur quel élément de la Parole vais-je louer, remercier le Seigneur ? Que vais-je demander au Seigneur ? Il y a des présences de Dieu en Jésus sous des modes divers : dans l'Eucharistie où il est nourriture, mais aussi et tout autant dans sa Parole, et dans tout humain mon frère. Qu'est-ce que le texte d'aujourd'hui va titiller en moi ? La Parole est une épée, que vais-je lui offrir à travailler, à tailler, à approfondir ?

https://encrypted-tbn3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRYziWMxwHWs8lKcXOFGtdinpqN_w2sNTFAsBeWx8QU16HuwAgv

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article