Paroisse Colomiers

Hb 5, 7-9 Le Christ obéissant - Lectio divina

Lecture Priante de la 2ème lecture du 5ème dimanche de Carême année B

Lectio Divina

Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur :

comprendre ce texte, ce qu'il me dit, le prier, vivre dans sa grâce.

 

Lettre aux Hébreux (5, 7-9)
Le Christ, pendant les jours de sa vie dans la chair, offrit, avec un grand cri et dans les larmes, des prières et des supplications à Dieu qui pouvait le sauver de la mort ; et il fut exaucé en raison de son grand respect. Bien qu'il soit le Fils, il apprit par ses souffrances l'obéissance et, conduit à sa perfection,
il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel.
___________________________________________________________
 

L'auteur contemple le Christ par opposition au grand-prêtre de l'Ancien Testament, qui n'était qu'un homme, pécheur comme tout homme, offrant des sacrifices imparfaits en entrant une fois l'an, lors de la fête de Kippour, du Grand Pardon, dans le sanctuaire, la partie la plus sacrée du Temple de Jérusalem. Le Christ, lui, est le Grand Prêtre de l'Alliance Nouvelle. C'est par le sang, non pas des boucs et des veaux, mais par son propre sang, qu'il est entré, une fois pour toutes, dans le sanctuaire et qu'il a obtenu une libération définitive... Voilà pourquoi il est médiateur d'une alliance nouvelle, dira plus loin la lettre aux Hébreux.

 

Il offrit avec un grand cri et dans les larmes prières et supplications à Dieu. Dans ma lecture priante, je peux évoquer des moments difficiles de la vie de Jésus : incompréhensions fréquentes de la part de ses apôtres, conflits avec des pharisiens et des scribes, alternance d'acceptations et de rejets par la foule, etc. Je vais aussi contempler le Christ dans le moment de grande douleur et de grande solitude de sa Passion. Au jardin de Gethsémani : Père, si tu le veux, éloigne de moi cette coupe ; cependant, que soit faite non pas ma volonté, mais la tienne. Le Christ en croix : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? Dans l'Evangile du jour : Père, sauve-moi de cette heure ? Mais non ! C'est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci !

 

Cette attitude de Jésus, l'auteur l'explique par son grand respect envers son Père. Respect, le mot originel grec est littéralement soumission. Et l'auteur ajoute un autre mot, obéissance, dont l'étymologie est écouter, entendre, prêter l'oreille. Jésus a une totale confiance dans ce que désire son Père, même si cela lui semble humainement peu compréhensible. "Soumission" de Jésus à son Père, acceptation du chemin de salut désiré par le Père, dans l'abaissement au plus bas de la condition humaine de ce temps, celle de serviteur-esclave. Cette "soumission" peut me renvoyer à une prière que je dis souvent, à la suite de Jésus (parfois machinalement), le Notre Père : Que ta volonté soit faite…  J'ai besoin d'apprendre ta volonté, c'est-à-dire à suivre l'itinéraire que tu me proposes. "Apprendre", Jésus lui aussi dut apprendre : Il apprit par ses souffrances… Il fut conduit à sa perfection. Comme nous tous, avec une progression vers un accomplissement, conduit à sa perfection. Il est le Fils, totalement Dieu et totalement homme. En lui, en sa personne, c'est une Alliance Nouvelle de la divinité et de l'humanité. Je suis membre du Christ, participant à cette Alliance, pour la part que Dieu me propose.

 

L'auteur de cette lettre aux Hébreux s'adresse à des chrétiens d'origine juive, des chrétiens venant de cette étape de la révélation de Dieu, l'Ancienne Alliance (l'Ancien Testament). La première lecture de ce 5ème dimanche de carême me fait entendre une citation du prophète Jérémie qui annonce la venue de cette Alliance Nouvelle, qui va enrichir et accomplir la Première Alliance. Je mettrai ma Loi au plus profond d'eux-mêmes… Tous me connaîtront. Jésus est le grand-prêtre de cette Alliance Nouvelle.

 

Le psaume 50 de notre messe, une demande de miséricorde au Dieu de l'Alliance, en ce temps de carême : Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu. Que je marche dans le chemin de Jésus clairement "obéissant", c'est-à-dire "écoutant" son Père (c'est le sens étymologique du mot "obéir").

Paul C.

Merci à l'auteur de cette photo

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

E.M. 21/03/2015 21:14

" Le Christ dans son action de Grand Prêtre de l' Alliance Nouvelle " offrit avec un grand cri et dans les larmes prières et supplications" , donc fortement et douloureusement."
Tout Dieu qu'il est, le Christ a éprouvé dans sa chair la douleur et les larmes, alors moi aussi je peux souffrir et montrer ma douleur et ne pas cacher mes larmes . Je ne suis pas au dessus de Dieu ! ... Je peux crier vers Lui, Lui qui connaît et sait ce que c'est d'avoir mal ! J'ai quelqu'un qui peut m' accueillir et me comprendre dans ma détresse j'en suis sûr. AMEN
E.M.

Annette Paquier 20/03/2015 22:52

Paul,tu as bien expliqué la phrase du Notre-Père:"Que ta volonté soit faite"Cela revient à nous dire:"Père,je désire que le chemin que tu désires pour moi se réalise;aide-nous à le découvrir "et alors nous aurons la Joie!
"Si je prends d'autres chemins,tu restes à mes côtés et tu attends patiemment que je retrouve le vrai chemin"
A.P.