Paroisse Colomiers

Jc 2,1-5 N'ayez aucune partialité

Lecture Priante de la 2ème lecture du 23ème dimanche ordinaire année B

(Lectio Divina)

Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur :

comprendre ce texte, ce qu'il me dit, le prier, vivre dans sa grâce.

 

Lettre de Saint Jacques (2,1-5)

Mes frères, dans votre foi en Jésus Christ, notre Seigneur de gloire, n’ayez aucune partialité envers les personnes.

Imaginons que, dans votre assemblée, arrivent en même temps un homme au vêtement rutilant, portant une bague en or, et un pauvre au vêtement sale. Vous tournez vos regards vers celui qui porte le vêtement rutilant et vous lui dites : "Assieds-toi ici, en bonne place" ; et vous dites au pauvre : "Toi, reste là debout", ou bien : "Assieds-toi au bas de mon marchepied". Cela, n’est-ce pas faire des différences entre vous, et juger selon de faux critères ?

Écoutez donc, mes frères bien-aimés ! Dieu, lui, n’a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres aux yeux du monde pour en faire des riches dans la foi, et des héritiers du Royaume promis par lui à ceux qui l’auront aimé ?

 

Deuxième extrait de sa lettre, dans la suite immédiate de dimanche dernier, Jacques nous disait : Mettez la parole en pratique, ne vous contentez pas de l'écouter. Aujourd’hui, il continue de nous exhorter à des mises en pratique. Notre vie de chaque jour doit témoigner de notre foi en Jésus Christ. Nous devons être concrètement cohérents avec notre foi. Aujourd'hui : n'ayez aucune partialité envers les personnes.

Imaginons ! Une sorte de parabole, un peu caricaturale, où les traits sont forcés pour mieux enfoncer le clou... Dans ma lecture priante, je peux imaginer ma présence à cette assemblée de prière. Je peux m'imaginer être témoin de cette scène cocasse de l'arrivée spectaculaire, en même temps, de quelqu'un en tenue "rutilante" et d'un pauvre en vêtement sale. Quelle serait mon attitude intérieure et extérieure ? Je peux aussi me voir en président de l'assemblée, ou animateur, ou responsable de quelque chose : assieds toi au bas de mon marchepied...

Partialité, différences, juger selon de faux critères... Pas de discrimination. Dans le contexte des premières communautés chrétiennes du temps de l'auteur. Dans tous les temps... Dans nos communautés actuelles... Où en suis-je ? Je peux étendre ma réflexion et ma prière à toutes les discriminations, sociales, raciales, politiques, familiales, religieuses.Où en suis-je ? Comment cela me concerne-t-il ? Sur quels critères ?

Dieu, lui... L'Ancien Testament alertait déjà les croyants sur ces questions. Qu'en pense Dieu ? Quels sont ses critères ?. Citons par exemple le livre de Job : Dieu, lui, ne prend pas le parti des princes, ne reconnaît pas plus le nanti que le faible, car tous sont l’œuvre de ses mains. (Job 34,19). Le Nouveau Testament poursuit cet enseignement. Citons par exemple : Si vous invoquez comme Père celui qui juge impartialement chacun selon son œuvre, vivez donc dans la crainte de Dieu, pendant le temps où vous résidez ici-bas en étrangers (1 Pierre,1,17).

Jacques lui fait écho : Dieu, lui, n'a-t-il pas choisi ceux qui sont pauvres aux yeux du monde... Le thème du choix, de l'élection au sens de choix, court à travers toute la bible. Il est à bien comprendre. Dieu choisit, "élit", tout humain, pour lui manifester son amour, comme s'il était unique, le seul aimé par lui au monde. Mais il veut un être libre, et lui demande seulement une attitude de pauvre, un cœur de pauvre. Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux, c'est le début du grand enseignement de Jésus sur la montagne (Mt 5,3). Le "pauvre" dans la bible, d'après son étymologie, c'est celui qui est "courbé", courbé vers la terre, vers l'humus, donc vers l'humilité. C'est le pauvre matériel, mais aussi le pauvre spirituel, qui va humblement tout attendre de son Dieu. C’est la pauvreté qui crée les conditions pour assumer librement les responsabilités personnelles et sociales, malgré les limites de chacun, comptant sur la proximité de Dieu et soutenu par sa grâce (Pape François, Message pour la journée mondiale des pauvres, octobre 2017). La pauvreté selon l'Evangile veut faire de nous des riches dans la foi et des héritiers du Royaume.

Au terme de ma lecture priante, je prends un temps de prière : action de grâce, réflexion dans l'Esprit Saint, demande de grâce, pour ma conversion vers la vraie richesse dans la foi. Apprends-moi, Seigneur Jésus, à accueillir les pauvres par une conversion de ma personne à la pauvreté humble évangélique. Verse dans mes mains tendues vers toi la richesse de ta pauvreté divine et humaine.


JF Kieffer, Mille images d’Évangile, Presse d’Île de France,

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article