Paroisse Colomiers

Le jardin de Pâques

(Accueil)

Jésus ressuscité apparaît à Marie-Madeleine dans le jardin près du tombeau vide, à tel point qu’elle le prend pour le jardinier ! Ce jardin rappelle celui des origines où il y avait l’arbre de vie mais où le serpent a eu le dessus sur la volonté des premiers « jardiniers ». Le nouvel arbre de vie, c’est Jésus ressuscité, vainqueur de la croix et de la mort.

« Voici que je vais créer des cieux nouveaux et une terre nouvelle » avait dit le Seigneur par la bouche d’Isaïe (Is 65,17). « On n’y entendra plus retentir les pleurs et les cris… Là, plus de nouveau-né qui ne vive que quelques jours… Ils planteront des vignes et en mangeront les fruits… Ils ne peineront pas en vain, ils n’enfanteront pas dans la terreur, mais ils seront une race de bénis de Yahvé, et leur descendance avec eux… Le loup et l’agnelet paîtront ensemble… On ne fera plus de mal et de violence sur toute ma montagne sainte… Celui sur qui je porte les yeux, c’est le pauvre et l’humilié, celui qui tremble à ma parole… Réjouissez-vous ! Comme celui que ma mère console, moi aussi je vous consolerai… Mais moi je viendrai rassembler toutes les nations et toutes les langues » Is 65-66

Le jardin du monde a été malmené. L’humanité est malmenée en ce moment.

Jésus ressuscité est bien là, vainqueur. Marie-Madeleine était en pleurs, les apôtres et les disciples étaient dans la peine et dans l’obscurité après sa mort. Le revoir vivant les a remplis de joie et de lumière. Car c’est de l’amour et de l’amitié qu’ils éprouvent pour lui. Les cieux nouveaux, la terre nouvelle sont possibles, ils nous sont promis. C’est de l’ordre de la foi, c’est de l’ordre de l’amour. C’est notre attachement au Christ qui nous fera être des artisans de ce monde nouveau. Le jardin de notre monde doit retrouver sa beauté et sa bonté. Des fruits de saison répartis sur toute la planète. Le serpent de la facilité, de l’argent, de l’égoïsme est vaincu par le Christ et son amour gratuit, par le don de sa vie. Soyons des acteurs de ce nouveau monde où le don et le pardon sont les engrais de la moisson éternelle.

P. Jean-Christophe Cabanis

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article