Paroisse Colomiers

Homélie - Jeudi Saint 2020

L'autel de ce soir, 9 avril 2020 (temps du confinement)

Cet évangile de St Jean est décidément très beau et original puisqu’il est le seul qui relate le lavement des pieds le soir du Jeudi Saint. Sans diminuer le génie des autres évangélistes, car chacun éclaire d’une lumière particulière notre foi en Jésus-Christ mort et ressuscité pour nous, St Jean est aussi le seul à transcrire ce long discours de Jésus à la veille de sa Passion. Son discours d’adieu.

Dans ce même chapitre 13 où St Jean décrit le lavement des pieds et où Jésus dit à ses disciples : « vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns les autres », il leur dit aussi un peu plus loin : « comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres ».

Le lavement des pieds insiste sur le service. Et c’est à partir de là que nous voyons notre vie de chrétiens comme une vie de service : Nous sommes les serviteurs et les servantes du Royaume des Cieux comme Marie a accepté d’être la servante du Seigneur en accueillant Jésus en son sein et en lui prodiguant ton son amour de mère. C’est précisément l’amour que nous réclame aussi Jésus dans son commandement nouveau. Oui, le service est bien notre identité, notre mission, mais il ne peut se faire sans amour, il se fait au nom de l’amour.

Jésus, lors de son dernier repas avec ses amis, leur a partagé le pain et le vin en leur disant : « Ceci est mon corps… ceci est mon sang ». Jésus donne sa vie et vient nous habiter par son Corps et son Sang. Les services que nous accomplissons, services de compassion et de fraternité, ce n’est pas seulement en son nom que nous les accomplissons, mais c’est lui qui agit à travers nous, en nous. Et soyons rassurés si nous ne pouvons pas communier en ce moment à cause de la situation générale, car dans le même discours d’adieu, Jésus dira : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera, et nous viendrons vers lui et nous nous ferons une demeure chez lui. » Jn 14, 23. Service, amour, accueil de la Parole de Dieu, voilà notre ligne de conduite.

Le livre de l’Exode nous rappelle aussi que la première Pâque était celle d’un départ, d’une libération. Libération du joug d’Egypte. Notre monde traverse une période très critique. Un nouveau départ est nécessaire, même s’il passe dans un premier temps par un confinement ! Soyons prêts à ce nouveau départ, à cette Pâque, à ce passage. Même si « la ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main » ne nous sont pas pour l’instant très utiles, préparons-nous à vivre ce départ vers un monde à construire où les plus petits ont la première place, où la Création n’est pas exploitée ou détruite, où l’argent n’est pas le maitre mais le serviteur. Ce départ qui entraîne toute l’humanité comme une grande famille, et pas seulement un petit peuple.

Et en attendant d’accompagner Jésus dans sa Passion et sa résurrection, continuons à savourer et à mettre en pratique les paroles pleines d’amour qu’il nous confie : « Vous devez vous lavez les pieds les uns les autres… aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés ». 

P. Jean-Christophe Cabanis 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article