Rm 8, 8-11 La chair et l'Esprit

Publié le par Paul C.

Lecture Priante de la 2ème lecture du 5ème dimanche de carême année A
Lectio Divina
Esprit de Dieu, ouvre mon intelligence et mon cœur :
comprendre ce texte, ce qu'il me dit, le prier, vivre dans sa grâce 
 
Lettre de saint Paul aux Romains (8, 8-11)

Frères, ceux qui sont sous l’emprise de la chair ne peuvent pas plaire à Dieu. Or, vous, vous n’êtes pas sous l’emprise de la chair, mais sous celle de l’Esprit, puisque l’Esprit de Dieu habite en vous. Celui qui n’a pas l’Esprit du Christ ne lui appartient pas. Mais si le Christ est en vous, le corps, il est vrai, reste marqué par la mort à cause du péché, mais l’Esprit vous fait vivre, puisque vous êtes devenus des justes. Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Jésus, le Christ, d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.

 

Dans une lecture lente et attentive, je repère deux situations opposées : emprise de la chair et emprise de l'Esprit. Emprise, empire : domination.

- Emprise de la chair. Pour l'apôtre, le terme chair signifie le monde du péché et du mal. Et ce monde-là, c'est assez clair dans le texte, il conduit à la mort, la mort du corps. Il ne s'agit pas seulement du corps physique, mais du corps tout entier, de la personne toute entière, corps-esprit-âme. Car c'est cette personne totale qui est promise à la résurrection, à la vie.

- Emprise de l'Esprit. Six fois le mot Esprit dans ce court texte : l'Esprit de Dieu, l'Esprit du Christ. Cet Esprit est en nous : l'Esprit habite en vous, l'Esprit vous fait vivre... L'Esprit a ressuscité Jésus d'entre les morts (noté deux fois) : les morts de corps, certes, mais surtout toute mort, en particulier celle du péché et du mal. Et ce qui est extraordinaire, cet Esprit est en nous, avec le Christ. Toute la Trinité est en nous, elle a sa demeure en nous. Le terme grec esprit (pneuma) pourrait se traduire par souffle, air. L'Esprit de Dieu, l'Esprit du Christ, il est le souffle, la respiration, l'air du Père et du Fils. Il est notre respiration, notre souffle. Ainsi, nous sommes des justes, des "ajustés" à Dieu, introduits dans le souffle de Dieu, respirant en Dieu.

- Il y a un message pour moi dans ce texte. Deux emprises se concurrencent en moi, sont en en lutte : la chair, le péché, le mal. Et la grâce de Dieu, la respiration donnée par l'Esprit, l'air divin. Est-ce que je prie l'Esprit ? Comment ? Il est mon souffle, la vie du Père et du Fils en moi.

- Je relis les autres lectures du jour. La première lecture : Je vais ouvrir vos tombeaux... Je mettrai en vous mon esprit et vous vivrez... Je cherche à comprendre ce que cela peut vouloir dire concrètement pour moi : mes tombeaux ? L'Evangile de la résurrection de Lazare… Lazare qui sort du tombeau les pieds et les mains liés. Il y peut-être en moi des liens qui m'entravent, qui gênent ma respiration divine, telle habitude, tel souvenir, telle relation, tel loisir, telle rancune, tel manque d'engagement… etc.

- Je parle au Seigneur avec mes mots, dans la grâce de cette lecture… Esprit Saint, sois ma respiration quotidienne, donne-moi des moments de prière…Inspire mes actions... Pardon, Seigneur, pour le mal en moi. Merci pour la vie que tu me donnes … Le psaume du jour peut me donner quelques-uns de ces mots : Des profondeurs, je crie vers toi, Seigneur

Paul C.

image http://p7.storage.canalblog.com/76/10/1126673/98495419.png

Commenter cet article

nsima 01/04/2016 13:02

Votre commentaire