Mariage et perspectives

Publié le par Geneviève R.

Qu'elle est belle la reine du jour dans sa longue robe blanche au côté de l'heureux élu, jeune homme en costume, grand et élégant! Les musiciens accompagnent cet événement et animent les corps dans une vague de déhanchés rythmés par les notes orientales. Dans une pluie de pétales blancs, ce sont des YouYouYou… qui résonnent en plein cœur de la mairie.

Mariage musulman à l'européenne, il s'enracine dans la culture du pays d'origine complété des « us et coutumes » (*) de la terre d’accueil. C'est une foule bigarrée qui se met en joie, quelques rares anciens portant djellaba (longue robe ample avec capuchon d'origine berbère) et tête couverte, au milieu d'une grande jeunesse souvent en couple, en habits traditionnels ou vêtus de tailleur. Les nombreux enfants gambadent partout au rythme de cette musique en fête. Mariage mixte du Maroc avec l'Algérie, certains remarquent les écarts dans les rituels. Quelques invités sont « blancs », c'est l'employeur de la mariée, ses collègues et la voisine de palier.

Plus tard dans la soirée les discussions s'animent dans ces retrouvailles conviviales en mangeant les délicieux poulets aux olives. C'est là que le véritable mélange s'opère dans les rires et les danses partagées. Les femmes deviennent des joyaux dans leurs caftans toujours changeants étincelants, lumineux, aux couleurs chatoyantes.

Ce jeune est venu près de moi et nous faisons connaissance, il est né en Algérie et a 26 ans. Il se marie le mois prochain. Le mariage pour lui c'est important, faire sa vie, avoir des enfants, avoir un travail stable. Moi je pourrais être sa mère et je porte à mon cou, la croix du Christ. Il se confie sur ses préoccupations, comment construire sa famille, donner une bonne éducation à ses enfants et faire en sorte qu'ils restent sur « le droit chemin ». Il me demande comment cela s'est passé avec mes enfants et je témoigne pour lui sur ce délicat chemin parcouru.

Bien plus tard, je me suis dit que par-delà les différences de traditions, de culture, les générations, les religions que certains transforment en guerre, il est là le socle de notre humanité. C'est la préoccupation de la transmission et le souci de l'éducation qui a créé cette intimité toute particulière entre une vieille femme et un jeune homme que tout aurait pu séparer.

Elle est là, la vérité universelle et inaliénable.

Geneviève R.

(*) les usages, les traditions d'un pays, d'un peuple, d'un milieu.


photo http://i.ytimg.com/vi/jvoLUxVxrng/maxresdefault.jpg

Publié dans pensée

Commenter cet article